Recherche

Culture METAL

Webzine

Catégorie

Musiques Extrêmes (reviews & interviews)

Häxan en ciné-concert à Travelling

Häxan (ou La Sorcellerie à travers les âges) est paru voici cent ans en 1922 et est toujours aussi effrayant. Le film fut d’ailleurs banni aux États-Unis en raison de son caractère « sataniste » et censuré dans d’autres pays pour ses nombreuses séquences avec des représentations de torture, de nudité, etc… et de tableaux tel celui où le diable invite des sorcières au sabbat et à toutes sortes de « perversions »….

Häxan a été réalisé par le maître du cinéma muet danois Benjamin Christensen sur un mode documentaire tel un essai filmique sur le sujet de la sorcellerie, de l’antiquité à une période contemporaine du film. Häxan est ainsi présenté à la manière d’une conférence mais contient cependant de nombreuses scènes de fiction comparables aux films d’horreur traditionnels. Christensen s’est inspiré de son étude du Malleus Maleficarum (« Marteau des sorcières » ou marteau contre les sorcières). L’ouvrage allemand du xve siècle était jadis utilisé dans la chasse aux sorcières par les membres de l’Inquisition. Häxan (ou La Sorcellerie à travers les âges) analyse la manière dont les superstitions et l’incompréhension des maladies et pathologies mentales mènent à l’hystérie de la chasse aux sorcières. 

Häxan fut le film muet scandinave le plus onéreux jamais réalisé dont le coût estimé à près de 2 millions de couronnes suédoises. Häxan (ou La Sorcellerie à travers les âges) existe aujourd’hui dans trois versions : la première est une restauration de l’œuvre originelle de 87 minutes, format 1.33 (4:3), teintée (monochrome) accompagnée d’une bande son de l’année 2006 interprétée par le Bulgarian Chamber Orchestra et composée par Barði Jóhannsson du groupe islandais Bang GangPour sa première date rennaise, le musicien islandais Barði Jóhannsson a donné Häxan en ciné-concert dans le cadre de la 31e édition de Travelling, le festival de cinéma de Rennes Métropole, au ciné TNB, le dimanche 16 février 2020 à 16h. 

Häxan de Benjamin Christensen par Barði Jóhannsson

Lire la suite

Komodor aux Trans 2021

Komodor s’est produit sur la scène de l’Étage lors des 43e Rencontres Trans Musicales de Rennes , le vendredi 3 décembre 2021 (🕢 19h30 à 20h10) ! Le groupe de rock progressif psychédélique douarneniste débordait d’une énergie folle sur la scène de l’Étage y défendait quelques titres de son premier album à paraître, Nasty Habits… et le public en redemandait !

Komodor, le groupe de rock progressif psychédélique s’est formé en 2017 à Douarnenez dans le Finistère (29) avec Slyde Barnett au chant et à la guitare, Ronnie Calva à la guitare, Goudzou à la guitare et Elrik Monroe à la batterie et Melin Lebigot à la basse.

📸 Retour en images sur le concert de Komodor sur la scène de l’Étage, lors des 43e Rencontres Trans Musicales de Rennes, le vendredi 3 décembre 2021 (🕢 19h30 à 20h10) par Amandine Briche pour Culture METAL 🤘

Ce diaporama nécessite JavaScript.

💿 Nasty Habits, le premier album de Komodor, est paru le vendredi 17 décembre 2021 via le label néerlandais Soulseller Records. 😷 Or, le concert de release party de Nasty Habits a été annulée en raison de la pandémie… 👉 https://www.facebook.com/events/365023632090516?

💿 Komodor, Nasty Habits

Le groupe douarneniste de rock prog psychédélique Komodor aurait fêté la release party de son album Nasty Habits « à la maison » à la salle des fêtes de Douarnenez dans le Finistère (29, le mercredi 29 décembre 2021, aux côtés du groupe rock psyché/garage, Mansion’s Cellar et du groupe de heavy glam metal à la fois originaire de Bruxelles et de Douarnenez, DUR. La soirée aura débuté à 19h avec la projection du film rockumentaire d’une heure et demie Full Metal Baratte et se serait achevé dans la joie…

Or, pour la sortie vinyle de son premier album Nasty Habits, le groupe Komodor a organisé une « vinyl release party » « à la maison » dans la galerie d’art Miettes de Baleine chez Yuna Le Bras à Douarnenez (29) le samedi 8 janvier 2022. À peine arrivés, les vinyles s’y sont quasi arrachés.

En 2019, Komodor avait sorti un premier EP éponyme 4 titres enregistré en Suède, produit par Zack Anderson et appuyé par la voix de la chanteuse suédoise Elin Larsson et son groupe de blues rock suédois : Blue Pills qui s’est formé en 2011 à Örebro en Suède avec l’ancienne section rythmique du groupe américain Radio Moscow.

💿 Komodor, Komodor
Elin Larsson de Blue Pills au Motocultor 2017

Aux 43e Rencontres Trans Musicales de Rennes, le samedi 4 décembre 2021 vers 21h 🕘 j’allais au Parc Expo en interview avec Komodor quelques heures avant qu’ils ne se produisent sur scène avec Moundrag, le duo paimpolais de rock progressif psychédélique des frères Camille et Colin Goallen Duvivier. L’ensemble donne Komodrag And The Mounodor, septuor de rock progressif psychédélique à deux batteries, trois guitares, une basse et un clavier ! Par ailleurs, mon interview avec Komodrag And The Mounodor ainsi qu’un live-report photo de la prestation du « super-groupe » en clôture du Hall 3 au Parc Expo lors des 43e Rencontres Trans Musicales de Rennes sera publié dans un article d’ici quelques jours. Restez à l’affût !

Dans mon entretien avec Komodor, nous revenons sur le concert Trans de la veille à l’Étage, la résidence au Novomax de Quimper (29) en échauffement aux Trans, d’un concert au Spot de Spézet (29) et de la sortie imminente du premier album du groupe, Nasty Habits et de sa release party qui n’aura en fait pas lieu pour cause de pandémie. 😷

🎤 Culture METAL : Bonsoir Komodor ! Vous avez fait un sacré show hier soir à l’Étage.  

🎤 Komodor : Ouais, c’était cool ! 

🎤 Culture METAL : Parlons de votre nouvel album qui sort…

🎤 Komodor : Le 17 décembre ! 

🎤 Culture METAL : Hier soir, dans le concert que vous avez donné, avez-vous joué des morceaux de votre nouvel album ? 

🎤 Komodor : On a joué une grosse partie de l’album. On n’a pas tout joué quand même. On n’avait pas le temps de jouer tout l’album et on avait quand même aussi des morceaux qui étaient très développés d’avant. Il faut nourrir le set aussi. Y’a des morceaux de l’EP encore trop cool qu’on prend plaisir à jouer. Donc, il faut les faire. Voilà. 

🎤 Culture METAL : Comment construit-on une set-lit ?

🎤 Komodor : Tu ne fais pas ton album dans l’ordre.

🎤 Culture METAL : Ou alors tu avertis le public. On va jouer tel album. C’est souvent le cas pour les albums anniversaire.

🎤 Komodor : Typiquement, c’est ce qu’on risque de faire pour notre Release Party du 29 décembre à Douarnenez 

🎤 Culture METAL : Vous fêtez la release party de votre album à la maison ? 

🎤 Komodor : À la maison ! Le 29 décembre à la salle des fêtes de Douarnenez. 

🎤 Culture METAL : Vous venez en effet de Douarnenez. Est-ce qu’il y a une scène rock à Douarnenez ? Les douarnenistes aiment-ils le rock’n roll et le rock un peu vintage comme vous faites ?

🎤 Komodor : Pas forcément que le rock vintage ! Y’a aussi du punk, etc… Tous les styles sont représentés, je crois. Ça fait une trentaine d’années maintenant qu’il y a comme une émulsion à Douarn’ ! On a aussi la chance d’avoir des studios de répétitions qui ne nous coûtent pas chers, qui nous permettent de répéter quand on veut, n’importe quand dans la semaine. Les créneaux peuvent être réservés à l’avance. Y’a une dynamique entre les groupes, de l’entraide, de la fraternité et tout ça.

🎤 Culture METAL : Vous n’êtes pas en concurrence les uns contre les autres ?

🎤 Komodor : Non, pas du tout.

🎤 Culture METAL : Et ça c’est chouette dans ce milieu-là ! 

🎤 Komodor : C’est clair. Y’en a beaucoup qui se tirent dans les pattes, comme dans les grandes villes où y’a des tensions entre les groupes. Nous à Douarn’ au contraire, tout le monde est content de l’évolution de chacun. On se retrouve, même si on ne joue pas le même style. On boit un coup et voilà. On a de l’échange. Un esprit fraternel, je dirais.

🎤 Culture METAL : L’esprit de famille. La grande famille du rock’n roll ! Vous avez fait comme une résidence au Novomax à Quimper, mais vous n’avez pas fait de représentation publique.

🎤 Komodor : Non, c’était vraiment pour travailler le concert des Trans ! 

🎤 Culture METAL : C’est ce que vous aviez posté sur Facebook. C’est une belle salle le Novomax ! 

🎤 Komodor : C’était cool ! On a fait un gros gros travail sur la lumière. On a vraiment travaillé ça parce qu’on a des nouveaux morceaux dans l’album qui ont une identité et ces morceaux-là, il faut les marquer. Je ne sais pas si tu l’as remarqué hier mais nous sommes sur une lumière assez monochrome, assez orange, beige, jaune et d’un coup, on passe sur du rose, du vert. C’est très marqué quoi ! 

🎤 Culture METAL : Quand vous êtes à Douarnenez, vous répétez en studio mais là, vous allez au Novomax, où vous travaillez sur une vraie scène dans une vraie salle dans des conditions autre que celui du studio de répétition. Vous avez travaillé les lumières mais aussi le son ?

🎤 Komodor : On a travaillé le son aussi, le placement sur scène, plein de trucs en fait… le filage histoire d’être plus à l’aise sur scène. Ça met en confiance aussi, arrivé le jour J ! 

🎤 Culture METAL : Et vous étiez fin prêts pour les Trans Musicales

🎤 Komodor : Et ce concert, on l’a attendu ! Je pense que c’est pour ça qu’on était aussi énergiques. C’est vrai qu’à chaque fois, nos concerts sont très énergiques. On sue beaucoup. On se dépense pas mal. Pour les Trans, y’avait beaucoup d’excitation et de nervosité à l’idée de jouer dans des conditions pareilles. Ça faisait un an, un an et demie qu’on n’avait pas joué dans des conditions pareilles. Ça a explosé, comme une orgie ! On avait une seule envie, c’était de jouer, de tout défoncer et la preuve, c’est une des premières fois qu’il y avait des slams à l’Étage. C’était des copains, mais à 19h30, c’est pas mal.

🎤 Culture METAL : Mais d’où vient cette énergie que vous avez ? 

🎤 Komodor : Le thé ! La camomille… Une bonne nuit de sommeil et un bon bout de gras, ça aide.

🎤 Culture METAL : L’Étage, c’est 900 personnes !

🎤 Komodor : Et c’était blindé !

🎤 Culture METAL : C’était blindé. Vous aviez déjà joué à Rennes et à Nantes dans des bars. Vous étiez soutenus par l’association Erato, par Chloé de Djiin maintenant programmatrice de la scène Michelet. Mais l’Étage, c’est un autre format.

🎤 Komodor : C’est le début d’une autre scène, on va dire. On a fait pas mal de clubs, de bars concerts, mais si on peut jouer cet album sur une plus grosse scène et en festivals, on est chauds et on est prêts.

🎤 Culture METAL : Les Trans amènent un public autre que le public confidentiel que vous avez déjà acquis.

🎤 Komodor : C’est ça, c’est viré d’optique. La plupart des gens qui viennent aux Trans ne savent pas ce qu’ils vont voir. Y’a énormément de styles différents.

🎤 Culture METAL : Et hier, vous avez emmené tout le monde avec vous. Les gens diront « On a vu Komodor aux Trans, c’était super ! »

🎤 Komodor : Et si on peut jouer à nouveau hors de France… Nous on veut jouer partout ! 

🎤 Culture METAL : C’est bien, très bien de jouer à Douarnenez. Mais jouer ailleurs, c’est mieux ! 

🎤 Komodor : Nous, on vise plus loin que la France. Après, c’était aussi important pour nous de faire notre Release Party à la maison. Ça, c’était obligatoire d’autant plus que cet album a été fait maison avec les moyens du bord et les copains ; pour les copains, avec les copains. La première partie de l’album a été enregistré chez Goudzou à Saint-Divy à côté de Brest et la deuxième partie l’a été à Douarnenez chez Yuna Le Braz, la fille de Dan Ar Braz. Elle nous a prêté sa maison où on s’est installés. On la remercie d’ailleurs. L’album, on a hâte qu’il sorte ! Rien que d’avoir le support dans les mains. Déjà l’EP c’était super, mais alors l’album. On est fiers de notre album. On l’a vraiment fait nous-mêmes. C’est nous qui avons fait le son, le mixage, c’est moi qui joué la guitare… (Rires) 

🎤 Culture METAL : C’est vraiment vous qui jouez ? (Rires) 

🎤 Komodor : Non, Goudzou a enregistré un autre groupe. (Rires) Non, on a donné beaucoup d’énergie dans cet album.

🎤 Culture METAL : Ça l’énergie, vous n’en manquez pas ! 

🎤 Komodor : On va voir ce soir.

🎤 Culture METAL : Je plains les groupes qui jouent à cinq heures du matin aux Trans.

🎤 Komodor : Au moins, tu peux faire de la merde, personne s’en rend compte. Y’avait un groupe hier, Alvan, c’était à quoi, cinq heure et quart qu’il commençait ?

🎤 Culture METAL : Cinq heures et demie. Hall 8.

🎤 Komodor : T’imagines comment c’est. Ça doit être chaud. Mais là on est devenus cons. Avant, quand on jouait à trois heures du matin, y’en avait pas un pour relever l’autre. C’était la honte… On faisait du lien social avec les autres groupes. Allez, viens, on va boire une bière au camion. Toc toc, c’est à vous les gars ! Ça se paie à la fin. Ça se finit en panique. Ne paniquons pas ! Ne paniquons pas !

🎤 Culture METAL : Vous jouez dans la cour des grands maintenant.

🎤 Komodor : Nous, on est pas habitués à ça. Mais c’est cool, c’est hyper formateur en tout cas. Toute la scène qu’on a fait avant aussi, même si des fois on a joué devant six personnes.

🎤 Culture METAL : Ça c’est dur.

🎤 Komodor : Mais c’est formateur aussi. Tu fais le même concert, comme on a fait hier à l’Étage. Il faut se donner à fond. Ces personnes-là ont fait le déplacement. Il faut prendre du plaisir aussi. Je me souviens d’un concert à Spézet. Y’avait quoi, douze personnes dans la salle, c’était un des meilleurs concert qu’on ait fait alors qu’on avait à peine dormi la veille.

🎤 Culture METAL : C’était au Spot ?

🎤 Komodor : Oui, c’est ça. Absolument. Le son était cool. Mais ouais, c’était un des meilleurs concert qu’on ait fait. On avait joué à Rennes la veille, à la Trinquette. C’était génial comme concert ! On a passé une super soirée.

🎤 Culture METAL : À l’époque, Spézet c’était le Las Vegas breton avec le Spot.

🎤 Komodor : Mais ouais, c’est Gomina qui passe des disques ce soir au Hall 3 qui a récupéré tous les disques du Spot de Spézet. Y’avait des super groupes. Par contre, les loges étaient glauques.

🎤 Culture METAL : Mathilde et Gomina en interplateau ! La dame qui a tenu le Spot à Spézet l’a tenu presque toute sa vie jusqu’à être presque centenaire.

🎤 Komodor : Comment s’appelait-elle déjà ?

🎤 Culture METAL : Marianne

🎤 Komodor : Ouais, Marianne ! Incroyable.

🎤 Culture METAL : D’une discothèque, le Spot de Spézet est devenu une salle de concert, où beaucoup de groupes de rock et de metal passent.

🎤 Komodor : C’est dingue qu’ils tiennent ce truc-là !

🎤 Culture METAL : À Spézet !

🎤 Komodor : Oui, en plus. Mais y’a quand même des groupes comme Noir Désir et tout ça qui ont joué là-bas. (…) Bon, nous on va aller manger, on a le matos à installer. Il est vingt-trois heures déjà.

🎤 Culture METAL : Allez-y… Bon appétit !

🎤 Komodor : Merci ! Merci beaucoup. Bon courage ! À tout à l’heure

🎤 Culture METAL : Merci beaucoup à vous. Bon concert ! À tout à l’heure

Komodor se produisait quelques heures après sur la scène du Hall 3 du Parc Expo aux 43e Rencontres Trans Musicales de Rennes, en clôture de la soirée du samedi 4 décembre 2021 avec Moundrag : le septuor de rock progressif psychédélique à deux batteries, trois guitares, une basse et un clavier, Komodrag And The Mounodor !

En 2022, Komodor se produira à la première édition du Winter Show du Festival de la Mer aux côtés de Working Class Zero, Spernot, Blown et DJ Ben le samedi 26 février 2022 à Landunevez dans le Finistère (29) puis à la dixième édition Festival Bouge Ton Cube aux côtés de Eighty (aussi à l’affiche des Trans 2021) et de Silence Radio le vendredi 11 mars 2022 et de Elmer Food Beat, Cachemire et Parpaing Papier le samedi 12 mars 2022 à Lauzach dans le Morbihan (56) !

Igorrr : Spirituality and Distorsion

Retour sur la tournée automnale et européenne de promotion du quatrième album studio Spirituality And Distortion d’Igorrr, le groupe français de metal breakcore electro baroque de Gautier Serre 👇

La première partie de la tournée européenne Spirituality And Distortion qui était programmé à l’origine au printemps 2020 a été repoussée à l’automne 2021, a débuté le jeudi 25 novembre au BBC de Caen (14) et s’est achevé en France le samedi 18 décembre 2021 au CCM John Lennon à Limoges (87) avec un total de seize dates françaises, dont une nantaise au Stéréolux le mardi 30 novembre 2021 et une parisienne au Trianon le samedi 11 décembre 2021. En compagnie du groupe français hard electro indus HORSKH, Igorrr a ainsi pris la route à l’automne 2021.

📸 Culture METAL était dans la place en mode photo au Stereolux à Nantes (44) le mardi 30 octobre 2021 pour les concerts d’Igorrr et de Horskh

Gautier Serre d’Igorrr au Stereolux à Nantes (44)

Igorrr au Stereolux

 

Bastien Hennaut de Horskh au Stereolux à Nantes (44)

Horskh au Stereolux

HORSKH, le trio français de hardelectro indus originaire de Besançon dans le Doubs (25) en Bourgogne-Franche-Comté a en effet accompagné Igorrr lors de sa tournée européenne Spirituality And Distortion. Le trio bisontin de hardelectro indus est formé par Bastien Hennaut au chant, aux machines et la guitare, Sylvain Abriel à la batterie en live et Jordan Daverio aux machines, à la guitare et aux backing vocals en live. Le groupe définit sa musique telle une « collision entre l’aspect frontal du metal et le pouvoir accrocheur de l’électro”.  HORSKH a sorti un nouvel et second album Wire le vendredi 22 janvier 2021 via Blood Blast et s’est produit lors du Hellfest From Home le samedi 19 juin 2021. 
 

Hellfest From Home 2021

Spirituality And Distortion Tour I

25/11 – Caen, BBC 🇫🇷 
26/11 – Tours, Le Temps Machine 🇫🇷
27/11 – Rouen, Le 106 🇫🇷
30/11 – Nantes, Stereolux 🇫🇷
01/12 – Genève, Post Tenebras Rock🇨🇭 
02/12 – Nimes, Paloma 🇫🇷
03/12 – Poitiers, Le Confort Moderne 🇫🇷
04/12 – Toulouse, Metronum 🇫🇷
06/12 – Nimegen, Doornroosje 🇳🇱 
07/12 – Utrecht, Tivoli 🇳🇱
08/12 – Lille, Aeronef 🇫🇷
09/12 – Bruxelles, La Madeleine 🇧🇪 
10/12 – Strasbourg, La Laiterie 🇫🇷
11/12 – Paris, Le Trianon 🇫🇷
12/12 – Nancy, L’Autre Canal 🇫🇷
14/12 – Lyon, Ninkasi Kao 🇫🇷
15/12 – Clermont-Ferrand, La Cooperative De Mai 🇫🇷
16/12 – Auxerre, Le Silex 🇫🇷
17/12 – Bordeaux, Rock School Barbey 🇫🇷
18/12 – Limoges, CCM John Lennon 🇫🇷 Festival de Noël de Limoges
 

Ensuite, Igorrr partira outre-atlantique en 2022 pour la tournée nord-américaine de promotion de son quatrième album studio Spirituality And Distortion.  

Enfin, la seconde partie de la tournée européenne de promotion du quatrième album studio Spirituality And Distortion d’Igorrr reprendra au printemps 2022 en compagnie de deux groupes américains drumcorps (electronic hardcore punk 🇺🇸) – et Otto Von Schirach (avant-garde/breakcore/cuba bass 🇺🇸). Comme sa première partie, le seconde partie de la tournée européenne Spirituality And Distortion débutera et s’achèvera en France : elle débutera le 7 avril 2022 à la File 7 de Magny-Le-Hongre (77) et s’achèvera le 13 mai 2022 à la BAM de Metz (57). 

Spirituality And Distortion Tour II

07/04 – Magny-le-Hongre 🇫🇷  – File 7 
08/04 – Saint Germain en Laye 🇫🇷 – La Clef  
09/04 – Bourgoin-Jailleu 🇫🇷- Festival Electrochoc 
11/04 – Bochum DE 🇩🇪- Zeche
13/04 – Glasgow UK 🇬🇧 – Cathouse 
14/04 – Bristol UK 🇬🇧 – The Fleece
15/04 – Manchester UK 🇬🇧 – Club Academy
16/04 – London UK 🇬🇧 – Electric Brixton
17/04 – Anvers BE 🇧🇪 – Trix
18/04 – Francfort DE 🇩🇪 – Das Bett
20/04 – Copenhague DK 🇩🇰 – Pumpehuset
21/04 – Stockholm SE 🇸🇪 – Slaktkyrkan
22/04 – Oslo NO 🇳🇴 – Bla
23/04 – Gothenburg SE 🇸🇪 – Brewhouse
25/04 – Helsinki FI 🇫🇮 – Tavastia
26/04 – Tallin EE 🇪🇪 – Taper 🇪🇪 
27/04 – Riga LV 🇱🇻 – Melna Piektdiena 
29/04 – Warsaw PL 🇵🇱 – Progresja
30/04 – Prague CZ 🇨🇿 – Palac Akropolis
02/05 – Budapest HU 🇭🇺 – Barba Negra Music Hall
03/05 – Ljubljana SI 🇸🇮 – Kino Siska
04/05 – Milan IT 🇮🇹 – Legend Club
05/05 – Berlin DE 🇩🇪 – Colombia Theater
06/05 – Hamburg DE 🇩🇪 – Bahnhof St Pauli
09/05 – Munich DE 🇩🇪 – Strom
10/05 – Zurich SW 🇨🇭- Dynamo
11/05 – Vienna AT 🇦🇹 – Szene
12/05 – Nürnberg 🇩🇪 – Cult
13/05 – Metz 🇫🇷 – La BAM 

 

Le mercredi 3 novembre 2021, un mois en amont de la première partie de la tournée européenne d’automne 2021 pour la promotion de son quatrième album studio Spirituality And DistortionIgorrr a mis un ligne sur YouTube un documentaire d’une quarantaine de minutes : Making-up Spirituality And Distortion dont voici le lien👇 

À l’été 2021, Igorrr s’est produit entre-autre à La Sirène dans le cadre des Francofolies de La Rochelle le mardi 13 juillet 2021, au MetalDays : The Week End Of Solace en Slovénie 🇸🇮 fin juillet 2021 et même aux Brutal Assault en République Tchèque 🇨🇿 mi août 2021 ! 

Aux Francofolies de La Rochelle, Igorrr s’est produit pour la toute première fois en live avec son nouveau line-up : la soprano Aphrodite Patoulidou, le vocaliste JB Le Bail (de SVART CROWN) et le guitariste Martyn Clement (de HAH et Joe La Mouk) ont rejoint le groupe ; les chanteurs Laurent Lunoir (Öxxö Xööx) et Laure Le Prunenec l’ayant quitté. 

La dimension scénique (le live) a donné une toute nouvelle ampleur aux titres Very Noise, Parpaing, Opus Brain ou encore Camel Dancefloor. Je vous présente ici la version concert de ces deux derniers issu de la prestation d’Igorrr au Pol’and’Rock Festival  à l’été 2021 (le vendredi 30 juillet) en Pologne 🇵🇱 

« Nous avons attendu plus d’un an et demi avant de pouvoir jouer ce titre en live, c’était un moment très important pour nous. Nous découvrions comment celui-ci sonnait sur scène, notamment avec les deux nouveaux vocalistes et notre incroyable guitariste Martyn Clément. J’ai été énormément surpris de voir l’effet que Camel Dancefloor avait sur le public présent. J’ai vraiment l’impression que nous venons d’atteindre un nouveau niveau de puissance avec Igorrr sur scène, c’est tout simplement brutal.” (Gautier Serre)

Le titre Camel Dancefloor était paru le mardi 17 mars 2020 (le jour du premier confinement de printemps 😷) et à dix jours de la sortie de l’album Spirituality And Distortion.

💿 Spirituality And Distortion, le quatrième album d’Igorrr est paru le vendredi 27 mars 2020 via Metal Blade Records.

Igorrr mélange les genres, mais échappe cependant  à l’écueil du « vulgaire pot pourri ». Gautier Serre n’a aucun scrupule à acoquiner les formes plus extrêmes de metal à la décadence de la musique baroque au sein de rythmiques jazz, techno, country, détruites au beat repeater, comme l’affirme sa piste d’ouverture, Downgrade Desert qui nous emmène au cœur du désert, dont voici le clip qui est sorti le jeudi 2 avril 2020. « Grands espaces, météorite et intro toute en apothéose. »

 

Le mercredi 15 janvier 2020, Igorrr précisait la date de sortie de son nouvel et quatrième album Spirituality And Distortion via Metal Blade Records et dévoilait un premier single Very Noise dont le clip que voici 👇 a été réalisé par le collectif Meat Dept. 

VERY NOISE | Igorrr | Collectif Meat Dept. : David Nicolas, Laurent Nicolas, Kevin Van Der Meiren France | 2019 | 2 min | Technique animation 3D

Very Noise a d’ailleurs été présenté par le Festival National du Film d’Animation lequel, faute d’avoir eu lieu à Rennes Métropole du 8 au 12 avril 2020, en raison de la crise sanitaire actuelle, avait mis en ligne une partie de sa programmation visible du 8 avril au 8 mai 2020 sur KuB.

Festival national du film d'animation 2020 bis

« Very Noise est une tentative de transcrire en images la synthèse les nombreux témoignages de victimes d’accidents vasculaires cérébraux que nous avons recueillis ces dernières années. Environ trois quarts de ces victimes sont des hommes blancs hétérosexuels de plus de cinquante ans. Les visions qui découlent de ces expériences ont en commun les névroses de cette catégorie de la population : troubles de l’identité, angoisses existentielles liées à des problèmes d’érection, phénomènes de transfert vers une image du père, désir ardent d’activités extrêmes mais ludiques comme le motocross ou l’escalade en solo… La notion d’abstraction figurative est également très importante dans les histoires, c’est une forme de lien entre deux idées qui se confrontent. On pourrait parler d’un remède à la dissonance cognitive générée par la superposition des fantasmes.« 

  Spirituality And Distortion

Spirituality And Distortion

Metal Blade Records

27 Mars 2020

Durée :  55 minutes 36

Style : BaroqueCore

SPIRITUALITY AND DISTORTION’s TRACKLIST :

 01. Downgrade Desert

02. Nervous Waltz

03. Very Noise

04. Hollow Tree

05. Camel Dancefloor

06. Parpaing

07. Musette Maximum

08. Himalaya Massive Ritual

09. Lost In Introspection

10. Overweight Poesy

11. Paranoïd Bulldozer Italiano

12. Barocco Satani

13. Polyphonic Rust

14. Kung-Fu Chèvre

IGORRR’s DISCOGRAPHIE 

Spirituality And Distortion – 2020
Savage Sinusoid – 2017
Maigre – EP – 2014
Hallelujah – 2012
Nostril – 2010
BaroqueCore – EP – 2010
Moisissure – Demo – 2008
Poisson Soluble – Demo – 2006
Démo – Demo – 2004

 

À propos d’IGORRR   

Sur scène, Igorrr se produit avec son duo de vocalistes et son batteur Vaincain. Désormais, la soprano Aphrodite Patoulidou et le vocaliste JB Le Bail de SVART CROWN remplacent sur scène respectivement Laure Le Prunenec et Laurent Lunoir (Öxxö Xööx). Igorrr est d’abord une oeuvre signée Gautier Serre. Musicien, compositeur et producteur, Gautier Serre mélange des genres musicaux disparates : du metal au breakcore en passant par la musique baroque. Dès sa jeunesse, ses goûts musicaux s’étalent de Domenico Scarlatti ou Chopin à Cannibal Corpse et Aphex Twin. A l’époque, Gautier Serre n’apprécie guère ce que diffusent les radios, les majors et la télévision et se lance alors dans une musique qu’il qualifie lui-même de « forme de liberté musicale totale ». Igorrr sort deux albums-démo en auto-production : Poisson Soluble en 2006 et Moisissure en 2008 puis ses deux premiers albums Nostril en 2010 et Hallelujah en 2012 chez Ad Noiseamlabel indépendant allemand de musique électronique. Acteur désormais incontournable de la scène breakcore electro baroque, Igorrr sort un EP : Maigre en collaboration avec Ruby My Dear en 2014 et toujours chez Ad NoiseamEn février 2017, Igorrr signe avec le label Metal Blade Records et sort son troisième album studio, Savage Sinusoid qui a été composé sur quatre années et enregistré au Improve Tone Studio et auquel de nombreux musiciens ont participé.

À propos de SPIRITUALITY AND DISTORTION

Avec Spirituality And Distortion, Igorrr reprend les choses là où il les avait laissées avec Savage Sinusoid, tout en les poussant davantage dans leurs retranchements. Spirituality And Distortion laisse la part belle au duo de vocalistes Laure Le Prunenec et Laurent Lunoir (Öxxö Xööx) et rassemble divers musiciens : le violoniste Timba Harris, le bassiste Mike Leon (Soulfly, ex-Havok), le pianiste Matt Lebofsky ou encore Mehdi Haddab à l’oud ; plusieurs chanteurs, Pierre Lacasa et Jasmine Barra sur Kung-Fu Chèvre (qui avait déjà participé aux titres Vegetable Soup et Cheval sur Savage Sinusoid) et George “Corpsegrinder” Fisher, vocaliste de Cannibal Corpse sur Parpaing. Tout comme Savage Sinusoid, Spirituality And Distortion a été enregistré au Improve Tone Studio.

« Life is not only one color. These 14 tracks are a journey through different states of mind I’ve been through. » (Gautier Serre)

📸 Igorrr au Metal Culture(s) 2018 par Amandine Briche pour Culture METAL https://culturemetal.com/2018/05/31/igorrr-au-metal-cultures/

Igorrr au Metal Culture(s)

📸 Igorrr au Motocultor 2017 par Amandine Briche pour Culture METAL https://culturemetal.com/2017/10/10/igorrr-au-motocultor-2017/

Igorrr au Motocultor 2017

🎶 Igorrr est d’ailleurs programmé au Motocultor en 2022.

Motocultor 2022

igorrr.com

LohArano aux Trans 2021

📸 Mahalia Ravoajanahary de LohArano aux 43e Rencontres Trans Musicales de Rennes par par Amandine Briche pour Culture METAL 🤘

LohArano, le trio rock/metal malgache originaire de Tananarive donnait son premier concert en dehors de Madagascar 🇲🇬 aux 43e Rencontres Trans Musicales de Rennes le vendredi 3 décembre 2021 et y défendait son premier album. 💿 Lohamboto est paru le vendredi 19 novembre 2021. 

Depuis les Trans, LohArano s’est produit au Sakifo Festival à Saint-Pierre sur l’île de la Réunion, le vendredi 10 décembre 2021 et se produira au Truskel à Paris, le mercredi 22 décembre 2021.

👉 https://www.sakifo.com/loharano

LohArano, le trio rock metal malgache (🇲🇬 Madagascar 🕘 21h-22h 🕙) s’est produit aux 43e Rencontres Trans Musicales de Rennes le vendredi 3 décembre 2021 d’abord sur le plateau de FIP radio en live session & interview (🕓 16h-16h30 🕟) où j’étais en mode photo, puis au Parc Expo dans le Hall 3 aux côtés de Guadal Tejaz, le groupe rennais de garage rock psychédélique (France 🇫🇷 BZH Rennes 🕧 0h30-1h20), de Wu-Lu, le groupe de rock hip-hop originaire du Royaume-Uni 🇬🇧  (2h15-3h 🕒) et de IA404, le groupe quimpérois d’électro pop (France 🇫🇷  BZH Quimper 🕞 3h30-4h15) !

Le concert de LohArano au Parc Expo lors des Trans a été capté. Un extrait reste disponible en ligne sur france.tv Culturebox en partenariat avec FIP !

📸 LohArano sur le plateau de FIP radio aux 43e Rencontres Trans Musicales de Rennes par Amandine Briche pour Culture METAL 🤘

Ce diaporama nécessite JavaScript.

« Loharano désigne la Source, l’origine de toutes les inspirations et la pierre angulaire de la philosophie du groupe : chaque être humain est une source ! » 

Souvenez-vous, les 37e Rencontres Trans Musicales de Rennes avaient déjà mis à l’honneur le rock malgache avec The Dizzy Brains en 2015. La jeune scène rock malgache semble très prometteuse…

Le groupe de rock punk malgache The Dizzy Brains a sorti d’ailleurs le vendredi 10 décembre 2021, son troisième album 💿 Dahalo dont les textes sont écrits, engagés et chantés en malgache. À Madagascar, les « Dahalo » sont des bandits qui pillent, tuent, brûlent, violent des villages entiers et sèment la terreur dans le sud du pays. Au travers de sa musique punk rock garage, The Dizzy Brains dénonce avec véhémence les problèmes qui ravagent Madagascar et s’érigent contre la corruption, l’inaction du peuple et des politiciens et contre le manque de liberté d’expression. 

Six ans après The Dizzy Brains, LohArano se produisait aux Trans !

LohArano – Trans 2021

Le présent article est la retranscription écrite de mon entretien avec le trio malgache LohArano ; des propos que j’ai recueillis au Village pro des Trans au Liberté lors des 43e Rencontres Trans Musicales de Rennes le samedi 3 décembre 2021 vers 15h 🕒

🎤 Culture METAL : Bonjour LohArano, je suis très contente de vous rencontrer. Vous venez de très loin.

🎤 LohArano : De Madagascar 🇲🇬 

🎤 Culture METAL : Vous arrivez de loin et vous avez voyagé en temps de pandémie. Ça n’a pas été trop compliqué ? 

🎤 LohArano : Si, ça a été un peu compliqué, mais on est là ! 

🎤 Culture METAL : Vous êtes là et d’ailleurs où moment où vous êtes arrivés Jean-Louis Brossard m’a dit : « Ça y’est, les LohArano sont là ! » Il était très content que vous soyez arrivés. 

🎤 LohArano : Nous aussi, on est très content, trop content d’être ici. Ce sont de belles expériences avec des gens trop biens. C’est cool, quoi ! 

🎤 Culture METAL : Votre producteur me disait que c’est la première fois que vous venez en festival.

🎤 LohArano : Oui, c’est tout nouveau pour nous tout ça.

🎤 Culture METAL : Il y a quand même des concerts à Madagascar… Comment ça se passe ? 

🎤 LohArano : Ce n’est pas forcément très professionnel. La plupart du temps, les gens organisent des concerts comme ça, juste pour le plaisir. La plupart du temps. Pas tous. – En fait, les gros festivals si on parle de rock, ça n’existe pas à Mada. On a de bons concerts. On a de bons groupes. On a tout ça. Mais ce sont des petits concerts dans des petites salles de cent personnes, de deux cents personnes. Ce genre de choses. On n’a que quelques groupes qui peuvent vraiment se produire sur une scène accessible au grand public ; des groupes qui font du pop rock, du rock FM, tu vois, des trucs plus accessibles, quoi. Et le metal à proprement dire, ça reste un milieu très restreint. 

🎤 Culture METAL : C’était la question que j’allais vous posez : est-ce qu’il y a des metalleux à Madagascar ?

🎤 LohArano : Oui, y’en a. 

🎤 Culture METAL : Mais la scène metal reste peut-être confidentielle ?

🎤 LohArano : Oui, voilà. C’est confidentiel et même si ça veut ne pas l’être, ça n’y arrive pas trop. – Oui, ce n’est forcément très bien accepté. On a du mal à trouver des salles pour faire des trucs. Les gens, ça juge. – Et surtout que professionnellement, ça ne rapporte pas aux organisateurs. Du coup, les professionnels ne contribuent pas au développement du milieu du metal et sont plutôt dans tout ce qui est populaire parce que ça rapporte. Dans le metal, ce sont les groupes qui cotisent, ce sont les passionnés qui déboursent un peu de fric parce qu’ils veulent voir un concert. Voilà.

🎤 Culture METAL : En France, très peu de groupes vivent de la musique metal. C’est sûr, y’a des groupes américains, comme Metallica, Kiss, etc… Ces gens-là ont dépassé la stratosphère. On ne fait pas du metal pour faire de l’argent. Votre producteur me disait qu’il aimerait beaucoup que vous vous produisiez au Hellfest

🎤 LohArano : Y’a pas que lui ! 

🎤 Culture METAL : J’imagine. Quelle idée du Hellfest vous faites-vous depuis Madagascar ?

🎤 LohArano : On a juste vu des vidéos. On a fait des recherches par ci par là. Il faut rêver ! C’est un fantasme… Le summum du rêve. 

🎤 Culture METAL : J’ai interviewé hier Antti Paalanen qui vous jouera ce soir dans le Hall 3 où vous avez joué hier. Y’aura Voice Of Baceprot aussi, le trio féminin indonésien de metal. Antti Paalanen est un metalleux qui aujourd’hui joue de l’accordéon en one-man-band. Je l’ai interviewé hier et son rêve est aussi de jouer au Hellfest. Alors je vois qu’à travers les frontières – Antti Paalanen vient de Finlande – le Hellfest a acquis une réputation internationale alors qu’au début, c’était juste un petit festival. Le patron du Hellfest, Ben Barbaud racontait qu’il y avait deux cents personnes à la première édition, qu’il distribuait lui-même les flyers de l’époque faits à la main. Il disait aux gens : il faut venir. Il préparait lui-même le catering artiste. Et quand on voit aujourd’hui…

🎤 LohArano : L’envergure que ça a pris. Grandiose ! 

🎤 Culture METAL : Y’a aussi le Motocultor en France. Je connais le patron et je lui ai parlé de vous. J’ai cité LohArano.

🎤 LohArano : Super ! Merci ! Ça fait plaisir.

🎤 Culture METAL : Je suis accréditée depuis quelques années déjà déjà aux Trans Musicales. Or, ce n’est pas très metal, les Trans Musicales. Mais là, j’étais très contente de la programmation parce qu’il y avait du metal ! Or, je me souviens qu’il quelques années déjà, j’avais pris des photos The Dizzy Brains, du groupe punk rock malgache qui était programmé aux Trans Musicales en 2015. Alors je me demandais : est-ce que vous vous connaissez ? 

🎤 LohArano : Oui, on se connait. On vient de la même ville. On vient de Tananarive. 

🎤 Culture METAL : The Dizzy Brains ont-ils commencé avant vous ? 

🎤 LohArano : Oui, ils ont commencé avant nous. LohArano existe depuis six ans, depuis 2015 en fait. 

🎤 Culture METAL : 2015 aussi, comme Culture METAL que j’ai fondé en 2015 ! (rires)

🎤 LohArano : On a déjà partagé quelques scènes avec The Dizzy Brains, mais LohArano n’existait pas encore. On avait nos groupes de metal respectifs. The Dizzy Brains était un groupe qui existait déjà.

🎤 Culture METAL : Le fait que The Dizzy Brains ait été invité aux Trans Musicales par Jean-Louis Brossard vous a-t-il ouvert la voie ? 

🎤 LohArano : Oui, peut-être.

🎤 Culture METAL : Comment ça s’est passé ? Jean-Louis Brossard vous a-t-il contacté ? 

🎤 LohArano : Jean-Louis Brossard a contacté notre label. « Je veux inviter votre groupe aux Trans. » Ça s’est fait comme ça. 

🎤 Culture METAL : Hier, je suis venue faire quelques photos de votre prestation sur le plateau de FIP (Radio France) puis j’ai écouté l’interview où je crois avoir entendu dire qu’il s’agissait de votre première date en dehors de Madagascar !  

🎤 LohArano : Oui, effectivement. 

🎤 Culture METAL : Vous avez sorti un album.

🎤 LohArano : Lohamboto. C’est notre premier album.

🎤 Culture METAL : C’est votre premier album. Vous arrivez aux Trans avec déjà un album en poche. Et qu’attendez-vous de votre passage aux Trans Musicales ?

🎤 LohArano : On veut partager et on espère que ça se fera. Voilà, le rêve c’est de partager notre musique partout dans le monde, de véhiculer nos messages et tout ça. On espère qu’après les Trans, qu’on aura beaucoup plus de dates déjà pour pouvoir se produire enfin n’importe où.

🎤 Culture METAL : Les Trans Musicales sont un sacré tremplin.

🎤 LohArano : On y pense. Effectivement.

🎤 Culture METAL : Vous avez joué hier en ouverture du Hall 3 du Parc Expo. Y’avait quand même plein de monde. Qu’avez-vous ressenti du concert que vous avez donné ?

🎤 LohArano : C’était beaucoup d’émotions, beaucoup d’énergie. Les gens étaient super réactifs. C’est inexplicable comme sensation. C’est beaucoup d’adrénaline. Le public était super. C’était trop bien.

🎤 Culture METAL : Hier, vous ne jouiez pas face à un public de metalleux, vous jouiez face à un public mainstream. Mais j’ai croisé quelques têtes metalleuses dans le public. Vous avez quand même touché le public avec votre musique metal.

🎤 LohArano : On ne se limite pas pour le public. On ne se limite pas seulement pour le public metalleux. On essaye d’aller aussi un peu plus loin parce qu’on pense que tout le monde peut partager, peut écouter notre musique. Les étiquettes sont franchies. C’est de la musique. C’est tout.

🎤 Culture METAL : Vous ne faites pas non plus du metal pur et dur. On sent aussi d’autres influences.

🎤 LohArano : C’est du rock aussi mélangé à notre musique traditionnelle.

🎤 Culture METAL : Traditionnelle, oui, j’attendais votre confirmation. Vous venez de Madagascar et la culture malgache n’est pas la même culture qu’en Europe. Or, le metal reste très européen et occidental. Alors je suis très contente de me dire que même à Madagascar, même en Indonésie…

🎤 LohArano : Oui, qu’on peut avoir notre rock ! C’est notre rock à nous.

🎤 Culture METAL : Hier, vous étiez au Parc Expo. Vous vous produisiez là-bas. Est-ce que vous êtes un peu sortis de votre loge ?

🎤 LohArano : Oui, on s’est mélangés un peu 

🎤 Culture METAL : Dans le public ?

🎤 LohArano : Hier, on n’a pas eu vraiment l’occasion de voir les concerts parce qu’on a eu quelques échanges avec les gars, tu vois. Dès que tu sors, y’a quelqu’un qui te parle pendant trente minutes. Après tu vas de l’autre côté, c’est la même chose. Après avec l’heure et la fatigue, on a dû rentrer mais ce soir, on va s’éclater ! 

🎤 Culture METAL : Voilà, c’est le dernier soir. Vous repartez ensuite ? 

🎤 LohArano : On part lundi pour la Réunion. On vient de se faire booker avant-hier au festival Sakifo à la Réunion qui nous a invité à venir jouer pour le 10 décembre.

🎤 Culture METAL : Bien ! Vous direz aux gens : on vient des Trans Musicales ! Plein de groupes sont passés par les Trans : les Nova Twins, j’en parlais tout à l’heure avec votre producteur et tous ces groupes français : No One Is Innocent, Mass Hysteria, Lofofora, etc… Bref. Revenons à vous : LohArano, c’est la source. Tu l’as expliqué à l’antenne de FIP. 

🎤 LohArano : Chaque être humain est source de vie, source d’inspiration, source créatrice. Tout le monde créé le monde. C’est pour ça que tout le monde est source. Ce n’est pas que nous les LohArano. C’est tout le monde.

🎤 Culture METAL : Vous êtes comme dans un échange avec et les personnes qui vous écoutent, votre public. On n’est pas qu’un simple auditeur ou spectateur.

🎤 LohArano : On fait partie de la chose.

🎤 Culture METAL : Vous amenez quelque chose et en retour vous recevez autre chose. C’est un peu comme ça que je le comprends… Votre album s’appelle Lohamboto. Qu’est-ce que ça veut dire ?

🎤 LohArano : Ça veut dire « forte tête ».

🎤 Culture METAL : Et donc vous vous décrivez comme des « fortes têtes » ?

🎤 LohArano : Ah non, ce n’est pas tellement ça. En fait, cet album-là est plutôt centré sur ce que l’on vit dans notre communauté, sur ce qu’on ressent dans notre vie quotidienne par rapport aux gens qui nous entourent. La première grande impression que l’on a de notre communauté, c’est qu’on a un très fort caractère. En fait, c’est une communauté très têtue et cette forte tête-là, au lieu de nous aider à avancer et à aller de l’avant c’est ce qui fait qu’on est en train de décliner dans tous les domaines. C’est ce que raconte un peu l’album. Et on essaie de dire que la forte tête, ça ne peut pas être qu’un fardeau, ça peut être une arme, une force qui pourrait permettre d’avancer et d’être quelqu’un de meilleur. – Dans le sens positif. 

🎤 Culture METAL : Si les Dizzy Brains sont très engagés politiquement, vous développez une forme de spiritualité alors ?

🎤 LohArano : Oui, on peut dire ça comme ça. Plutôt très humain. 

🎤 Culture METAL : Très humaniste ?

🎤 LohArano : Voilà. La politique nous, on s’en fout.

🎤 Culture METAL : Et les Dizzy Brains le font déjà ! Merci beaucoup pour tout. Je vous donne quelques stickers Culture METAL.

🎤 LohArano : Culture METAL… Ça se passe en ligne ? 

🎤 Culture METAL : En ligne, oui. J’ai cru comprendre qu’à Madagascar la connexion Internet n’était terrible.

🎤 LohArano : Ce n’est pas terrible mais ça dépend. Des fois, on peut quand même avoir la bonne connexion mais on galère un peu.

🎤 Culture METAL : Merci beaucoup LohArano ! J’espère vous revoir bientôt en concert, dans les festivals en France ou en Europe.

Nexus : le concert hybride du Studio Matière Noire

Rendez-vous, aujourd’hui, en ce mercredi 17 novembre à 19h30 au Krakatoa à Bordeaux pour l’avant-première de Nexus. Gratuite, la projection est programmée à 20h mais les places sont limitées, pensez à réserver votre place 👉 https://lnkd.in/dtCSAVNp L’équipe du Studio Matière Noire et les participants au projet Nexus seront présents lors de l’avant-première 👉 https://bit.ly/30bBUuT

D’une durée de 45 minutes, Nexus est composé des concerts de Spectrale, I Am Stramgram et Aalson et accompagné d’une performance narrative exécutée par les comédiens Julie Lagnier, Claire Cochez et Mehdi Thomas. Le Studio Matière Noire a travaillé sur l’ambitieux projet pluridisciplinaire Nexus depuis janvier 2021. L’œuvre mêle les arts plastiques, la musique, l’expression corporelle, le tout dans une vidéo d’une durée de 45 minutes dont l’ensemble est lié par la chorégraphie, la scénographie et la lumière.

Pour la réalisation de Nexus, le Studio Matière Noire a d’ailleurs expérimenté de nouvelles techniques de mise en lumière. Aussi, pour la première fois, le studio a créé une scénographie dans son intégralité qui est adaptée autant aux concerts qu’à la danse. Son storyboard a été (entièrement !) dessiné par Daphnéa Doto et soumis aux contraintes techniques de la scénographie supervisée par Paul Fouchault. Son tournage s’est tenu durant l’été et sa sortie arrive à point nommé puisqu’elle était prévue en novembre 2021. 

Si Nexus a été pensé, conçu et écrit par l’artiste Daphnéa Doto et le vidéaste Paul Fouchault à la suite des évènements de 2020 et en réaction à la fermeture des lieux culturels par le gouvernement dès l’arrivée de la pandémie du coronavirus en France en mars 2020, quand la culture a été reléguée au rang du non-essentiel, « Nexus » (ou « lien » en latin) est l’illustration du cri d’une génération soudain privée de lien social, d’art et de culture depuis presque un an et demie déjà. Le Studio Matière Noire s’est ainsi emparé d’un sujet d’actualité. Tel un témoignage d’époque, Nexus est destiné à être diffusé sur diverses plateformes en ligne et à être projeté lors d’événements culturels, d’expositions, de festivals…

Étant artistes et constamment présents lors de concerts ou d’expositions, nous avons vu disparaître notre activité sans pouvoir réagir. Une fois le choc dissipé, notre envie de créer n’en a été que plus grande. La nécessité de réaliser une œuvre telle que Nexus nous a paru une évidence. Tant sur la scénographie de la partie concert que sur l’esthétique et la chorégraphie de la partie danse, notre base de réflexion repose sur l’expression de la douleur et de la frustration ressenties depuis l’arrêt de la vie culturelle. Nous allons illustrer l’enfermement et l’isolement que nous ressentons mais aussi exprimer l’espoir que ces joyeux moments de partage reviennent et l’attente de la délivrance.

Aalson par Daphnéa Doto

Aalson est passionné de musiques de film et de musique électronique. Celui qui avait toujours rêvé de composer sa musique développe au fil des années une techno personnelle, subtile et harmonieuse, qu’il ne « performe » qu’en « live ».

🎧 https://lnk.to/aalson

I Am Stramgram par Daphnéa Doto

I Am Stramgram au fil d’une musique aux vastes inspirations : De la folk à l’electronica, Vincent Jouffroy joue du texte comme d’un instrument et affine d’année en année sa partition. L’émotion viscérale est exprimée en duo sur scène pour que chaque histoire devienne possible. « Le chemin du paradoxe est le chemin du vrai. » (Oscar Wilde) illustre l’insaisissable idée dont I Am Stramgram s’empare. Être étouffé, noyé par les échanges et le trop d’informations, puis revenir aux fondamentaux et faire rimer un manque d’oxygène à l’immersion apaisante dans l’eau et le silence par des mélodies puissantes.

🎧 https://iamstramgram.com

Spectrale par Daphnéa Doto

Spectrale ou le projet solitaire de Jeff Grimal prend vie en 2014. Fruit d’un travail sur l’exploration de musiques atmosphérique, acoustiques et ésotériques, d’un sens instinctif de la technique musicale et d’une liberté totale dans les compositions et les expérimentations rythmiques et harmoniques, Spectrale est inspiré par la méditation et l’écriture automatique. Depuis 2014, Jeff Grimal a été rejoint par plusieurs musiciens. Raphaël Verguin au violoncelle, Léo Isnard aux guitares et aux percussions et Xabi Godart aux guitares et aux synthétiseurs ont enrichi le projet de Jeff Grimal, ce dont témoigne l’album Arcanes. Spectrale a d’ailleurs été photographié en filmé sur scène par le Studio Matière Noire (alors Matière Noire Vidéo pour Culture METAL) à l’Homme Sauvage en 2018.

L’équipe du Studio Matière Noire pour Nexus :

Paul Fouchault et Daphnéa Doto : co-réalisateurs et co-producteurs,

Alban Judalet : directeur technique, 

Solweig Wood : photographe,

Morgane Pailley au make-up artists,

Marie Pointecouteau à la régie,  

Monique Judalet et Isabelle Diguet au bureau,

Laura Vélia à la mise en scène,

Claire CochezMehdi Thomas & Julie Lagnier à la danse,

Rachel Guénon & Anaïs De Souza au drone et au making-of,

Céline Tassoni aux lumières,

Cagatay Sen au son.

Retour sur la campagne de crowdfunding :

Le Studio Matière Noire avait lancé une campagne de financement participatif. Le crowdfunding a financé une partie du tournage de Nexus et offert aux contributeurs de nombreuses contreparties :

  • Remerciement par carte postale 
  • Inscription au générique 
  • Invitation à l’avant-première
  • Une reproduction au format A4 d’une photo du tournage (édition limitée, numérotée et signée)
  • Une reproduction au format A3 d’une photo du tournage (édition limitée, numérotée et signée) 
  • Un shooting photo classique (3/4 photos numériques) au studio
  • Une projection dans votre salon/jardin en région Nouvelle-Aquitaine (avec matériel professionnel et l’équipe de réalisation)

Crowdfunding 👉 https://www.helloasso.com/associations/matiere-noire/collectes/participez-au-financement-du-tournage-de-nexus

The Great Old Ones à l’Omega Sound Fest

📸 Benjamin Guerry, frontman du groupe The Great Old Ones à l’Omega Sound Fest par Kevin Le Corre pour Culture METAL 🤘

Jadis, les Grands Anciens (« The Great Old Ones ») gouvernaient la Terre, dans le monde du mythe de Cthullu de Lovecraft. Il demeure quelques restes du culte des Grands Anciens dans des tribus reculées mais aussi dans les pays industrialisés chez des sorciers qui se cachent sous les d’apparences de la bourgeoisie. Les Grands Anciens forment un panthéon flou d’entités et de divinités anciennes, puissantes et extraterrestres, dont certaines, prisonnières sur Terre, dans un état de sommeil proche de la mort, attendent le jour de leur réveil : Cthulhu, Dagon, Hastur, Ithaqua, Cthugha, etc… en font partie. Ainsi, The Great Old Ones, le groupe français de post black-metal tire son inspiration mais aussi son nom de la littérature fantastique de l’écrivain américain Lovecraft (1890-1937).

The Great Old Ones, le groupe de post black-metal originaire de Bordeaux en Gironde et Nouvelle-Aquitaine, s’est produit en clôture de l’Omega Sound Fest voici une dizaine de jours, le samedi 16 octobre 2021 au Centre Culturel Jean Carmet (CCJC) à Mûrs-Erigné près d’Angers dans le Maine-et-Loire (49) et les Pays de la Loire. Or, aujourd’hui même, en ce lundi 25 octobre 2019, le groupe de post black-metal d’influence lovecraftienne fêtait l’anniversaire et les deux ans de son dernier album : Cosmicism est paru le vendredi 25 octobre 2019 via Season of Mist.

À l’occasion des deux ans de Cosmicism, je publie la retranscription de la première partie de l’entretien que m’a accordé Benjamin Guerry, guitariste, chanteur, compositeur et parolier du groupe dans l’après-midi du samedi 16 octobre 2021. Dans la première partie de l’entretien, nous parlons de la sortie de l’album Cosmicism et du Cosmicism French Tour la tournée d’appui qui l’a suivi à l’automne 2019. Nous parlons de la pandémie, des dates annulées, repoussées, du Hellfest From Home et peut-être même d’un nouveau projet live du groupe…

🎧 ITW de Benjamin Guerry de The Great Old Ones par Amandine Briche pour Culture METAL 👇

Amandine : Bonjour Benjamin ! Je me présente d’abord : Amandine pour Culture METAL. J’ai fondé mon webzine en 2015. Je travaillais auparavant pour un autre webzine non metal auquel j’avais donné une telle couleur metal au webzine que…

Benjamin : Que ça a tendu vers ça.

Amandine : Voilà, depuis des années, déjà. Je fais beaucoup de photos de concerts : je photographie les groupes sur scène dans les festivals et les salles. J’écris des articles. Je vais dans de festivals et pas seulement metal. C’était l’idée de Culture METAL. J’avais même décliné le mot METAL comme un acronyme : ça donnait musiques extrêmes, théâtre, arts, littérature. Voilà qui je suis. Revenons à vous. Vous êtes The Great Old Ones.

Benjamin : C’est ça.

Amandine : Vous vous produisez tout à l’heure sur la scène de l’Omega Sound Fest.

Benjamin : Tout à fait.

Amandine : Ça fait longtemps qu’il n’y a pas eu d’évènements, de concerts… Entre deux, il y a eu la pandémie. 

Benjamin : C’est ça.

Amandine : Vous aviez sorti un album en 2019. Il y a deux ans. Cosmicism. À l’époque, vous aviez quand même tourné avec Au Champ Des Morts et bénéficié d’une tournée d’appui à votre album.

Benjamin : C’est ça. Une tournée française.

Amandine : Vous avez eu comme tous les autres groupes des dates annulées. 

Benjamin : Tout à fait. La dernière date de toute façon pour nous, c’était il y a plus d’un an et demie… Il me semble.

Amandine : Mais là du coup, l’Omega Sound Fest, c’est votre première date ?

Benjamin : Non, on a joué il y a quinze jours à côté de Paris avec Svart Crown. C’était la reprise. Et là donc, c’est la deuxième date de la reprise.

Amandine : Deuxième date de la reprise ! 

Benjamin : C’est ça.

SAMEDI 2 OCTOBRE 2021 THE GREAT OLD ONES et SVART CROWN au Festi’Val de Marne

Amandine : Comment avez-vous appréhendé la pause forcée d’un an et demie ? Vous aviez sorti un album depuis peu de temps à l’époque. Est-ce que vous vous êtes néanmoins lancés dans d’autres créations ou compositions ? Comment ça s’est passé ?

Benjamin : En fait, on s’est fait couper en plein élan à la sortie de l’album, un peu comme tous les autres groupes, mais comme tu disais tout à l’heure, on a eu le temps de faire la tournée avec Au Champ Des Morts. Déjà on a eu la chance de pouvoir faire au moins ça, parce qu’il y a d’autres groupes qui n’ont pas eu cette chance là. Mais, on s’est fait couper l’herbe sous le pied. Il a fallu retrouver un rythme de création. On a tous été surpris par ça. Le premier confinement était très strict. On ne pouvait pas faire tout ce qu’on voulait. Alors j’avoue qu’on a pris un peu une pause – tranquille – pour que chacun s’occupe un peu de sa famille. On avait pas mal de choses à gérer. On n’a pas vraiment rebossé. Je bosse toujours tout seul niveau compositions sur les albums, enfin en grande majorité. J’ai avancé sur certaines choses mais ce n’était pas l’objectif de tout de suite repartir dans de la composition. On bosse sur un autre projet qu’on est en train d’amener au bout. Je peux pas en dire trop encore, parce qu’on ne l’a pas trop annoncé. C’est un projet live. C’est un projet en train d’avancer, quelque qui nous tenait à coeur depuis longtemps, on avait une grande envie de faire ça et je pense que ça va être chouette. On a hâte de le présenter. Mais bon, pour l’instant, je garde encore un peu la surprise. 

Amandine : D’accord ! Gardons la surprise. Vous vous êtes déjà produit une première fois depuis une longue pause de dix-huit mois. 

Benjamin : À peu près ça, un an et demie.

Amandine : Qu’est ce que ça vous a fait de remonter sur scène ?

Benjamin : Y’avait, alors c’est marrant c’est un peu tout et son contraire : en gros, un peu d’appréhension avec cette impression de ne plus trop savoir comment faire après un an et demie et après presque dix années à ne faire que jouer… Jouer régulièrement, et plus rien pendant un an et demie à faire autre chose, où on commence à se poser des questions… Dès qu’on est remonté sur scène – tout de suite, tu reprends tes marques – on a tous repris nos marques et le public était à fond. On sent que tout le monde avait cette envie de retrouver les concerts, la musique extrême en live et du coup comme d’habitude, y’a un petit peu de temps de remise sur pied mais généralement dès que l’intro se lance, c’est parti.

Amandine : Et c’est parti ! C’était reparti.

Benjamin : Exactement.

Amandine : Vous avez eu des dates annulées, comme le Hellfest et le Metal Days, mais pas vraiment annulées, repoussées.

Benjamin : Tout à fait.

Amandine : Sauf la tournée avec Vltimas ?

Benjamin : La tournée avec Vltimas, elle n’est pas reportée, elle est terminée. Y’a plein de plans en fait…. Alors y’a eu cette tournée qui était annoncée avant, donc effectivement, on a bien vu qu’elle avait été complètement annulée. Comme c’était assez incertain, y’a eu plein de plans qui se sont posés puis chaque fois, qui étaient soit repoussés soit annulés. Personne se doutait que ça allait durer aussi longtemps. On se disait : ce sera l’année prochaine et l’année prochaine, bah non, ce ne sera pas l’année prochaine. Toujours comme ça. À part les plans repoussées, pour les plans de tournées, on est encore en discussion pour repartir, mais ce n’est généralement pas les plans qu’il y avait avant. Ça a duré trop longtemps. Au bout d’un moment, les plans que ce soient les groupes ou les plateaux, tout le monde est parti un peu sur autre chose, a essayé de réfléchir à d’autres choses. Y’a eu d’autres sorties albums, en attendant, d’autres groupes aussi. Donc, tout repart à zéro à ce niveau-là, sauf effectivement les dates dont tu parles qui ont été uniquement repoussées, comme le Hellfest, le Graspop, le MetalDays. Tout ça, ça se fait, mais l’année prochaine. Il faut être encore un peu patient. 

Amandine : Vous avez déjà quelques perspectives. 

Benjamin : On a au moins ça. On déjà un été prochain qui s’annonce déjà bien rempli.

Amandine : Et l’été dernier, ça a été le Hellfest From Home

Benjamin : Oui, tout à fait ! 

Amandine : Ça devait être une expérience particulière de jouer, comme ça, face aux caméras, sans public.

Benjamin : C’est ça. Exactement. Sans entrer dans la magie de la technique, comme y’a plusieurs plans, tu dois jouer plusieurs fois les mêmes morceaux. T’as personne. T’as pas de public. Ce n’est pas un exercice très évident. C’est à dire qu’on est souvent portés par les gens qui nous écoutent, par le public. Là tu fais juste ce qu’il y a dans la tête. Mais comme il y a beaucoup de choses dans nos têtes, ça va. Mais bon, ce n’est pas la même énergie. Mais on est très contents du résultat. L’équipe du Hellfest nous a extrêmement bien accueillis que ce soit avant, pendant ou juste après le tournage. C’était vraiment top. Je les remercie de nous avoir proposé ça car ça nous fait une très belle vidéo. On est très contents du résultat et on a eu que des supers retours. Ça nous a permis cette année, en tout cas cet été de faire quelque chose. On est vraiment très content de ça. 

Amandine : Vous avez eu des retours de vos fans ?

Benjamin : Tout le monde nous a dit que c’était super, que ça avait très bien fonctionné. Ce n’est que deux morceaux et souvent on avait la réflexion : C’était bien, mais c’était trop court. Généralement, c’est plutôt bon signe. 

Amandine : Super compliment ! Vous n’aviez eu qu’une session de quinze minutes ?

Benjamin : C’étaient quinze minutes qu’on a poussées à dix-sept en bataillant un peu parce qu’avec que des morceaux longs, malheureusement, c’est compliqué d’entrer dans un format très précis. Mais ces « quinze minutes » mine de rien avec The Omniscient et Nyarlathotep résument bien le nouvel album avec un morceau plutôt rapide et un morceau plutôt lent, plutôt doom. Avec l’image et les propositions de mise en scène qu’on nous ont fait, j’ai trouvé que ça rendait bien honneur à ses deux morceaux et que ça donnait une certaine ambiance. 

Dans la seconde partie de l’entretien avec Benjamin Guerry (à paraître), nous parlerons littérature, cinéma et arts et à l’issue de quelques digressions littéraires, cinématographiques et artistiques nous reviendrons sur l’album Cosmicism.

📸 En attendant le live-report photo complet (avec interview et review) du concert de The Great Old Ones à l’Omega Sound Fest, je vous laisse avec quelques articles et galeries photographiques :

The Pit edition – Hell On Demand

The Pit edition – Hell On Demand est la première plateforme française de vidéo à la demande dédiée et consacrée au rock, au metal et aux musique extrêmes. La plateforme SVOD 100% musiques saturées a été lancée le jeudi 14 octobre 2021.

Abonnez-vous à la chaîne YouTube de The Pit – Hell On Demand et visionnez en direct le trailer de la plateforme SVOD 100% musiques saturées dès jeudi 14 octobre à 12h30.

The Pit édition – Hell On Demand comble le manque de concerts et de festivals que nous vivons depuis la pandémie et réunit les meilleurs contenus de l’histoire du Rock et du Metal, au sein d’une même plateforme SVOD 100% musiques saturées. Concerts, films, documentaires, making-of d’albums, interviews, masterclasses sont triés sur le volet par des des anciens de l’émission Une Dose 2 Metal, fans inconditionnels et autres passionnés de musiques saturées. Ainsi la plateforme est conçue par des Metalleux pour des Metalleux.

Si les mots Heavy, Thrash, Death et Black font partie intégrante de votre vie, THE PIT est fait pour vous !

Le metal se révèle un genre unique et pourtant si hétérogène… Mais ici, pas de guerre de chapelles entre Black Metal et Glam Rock, tous les styles même les plus extrêmes seront représentés.

🎸 Pour un festival de metal chez soi, à la demande, depuis votre canapé 🛋

1 abonnement à 2 formules, sans engagement et avec une période d’essai gratuite de 7 jours.

6 pour un abonnement mensuel

(parce qu’ils n’ont pas résisté à la tentation) 666 pour un abonnement annuel  soit 5,55€/mois

L’abonnement permet deux connexions simultanées au service.

Au menu :

  • des concerts cultes (ou pas) de toutes les époques,
  • des documentaires sur le metal à travers un nouveau prisme,
  • des films : des nanars asssumés aux succès récents,
  • des bonus, des making-of et des interviews,
  • des introuvables, comme le concert de Manowar au Hellfest 2019,
  • des « créations originales » disponibles en exclusivité pour les abonnés !

Des grands classiques de films aux coulisses d’enregistrement des plus grands albums, l’offre est mise à jour en permanence, avec des nouveautés chaque semaine : deux nouveaux contenus sont ainsi mis en ligne chaque jeudi.

Exemples de films désormais dans le catalogue de la plateforme 👇

🎞 Le film Lords Of Chaos de Jonas Åkerlund

🎞 Le documentaire Nous sommes les nouvelles chimères a été tourné lors la dernière édition des Feux de Beltane, en mai 2019, réalisé par Violent Motion et Label Prise Production et produit par Les Acteurs de l’ombre Productions et Ifern en Ti-feurm. 

La première diffusion en ligne du documentaire Nous sommes les nouvelles chimères le samedi 17 avril 2021, dans le cadre de l’édition du Roadburn Redux faisait suite à la première projection en salle, d’ailleurs complète, du documentaire dans le cadre de l’Absurde Séance au Katorza – Nantes, le jeudi 24 septembre 2020. 👉 https://www.facebook.com/events/283334512821317/ Une seconde projection a eu lieu sur la terrasse de la Scène Michelet à Nantes le mercredi 16 juin 2021. 👉 https://www.facebook.com/events/2906904026248656?

La volonté de The Pit edition – Hell On Demand est de partager la passion du metal avec les fans. Par conséquent, la plateforme sera accessible en France dans un premier temps, puis au niveau international par la suite et distribuée à la fois en OTT (en direct via site web) sur la TV d’Orange et application mobile au tarif de 6 euros par mois ou 66,6 euros par an (7 jours d’essai gratuits sans engagement) mais aussi chez d’autres opérateurs qui ont d’ores et déjà manifesté un interêt pour le projet.

Retour sur la campagne ulule 👉 https://fr.ulule.com/the-pit/

La campagne ulule de financement participatif pour la création de la première plateforme française de vidéo à la demande dans l’univers du rock, du metal et des musique extrêmes : The Pit édition – Hell On Demand a été financée avec succès le dimanche 6 juin 2021 à minuit. Son objectif qui était fixé à 10 000 € a été atteint à 100% le 2 juin 2021 puis dépassé. Au total, 11 616 € ont été récoltés grâce à la mobilisation et au soutien financier de 252 contributeurs qui seront pour la plupart les tous premiers abonnés de la première plateforme française 100% musiques saturées. L’équipe de The Pit remercie chacun d’entre eux puisqu’ils ont chacun contribué à son lancement à l’automne 2021. Aussi, chaque contribution au-delà des 10 000 € de l’objectif initial de la campagne de crowdfunding (jusqu’aux 116% qu’elle a atteint) permet aujourd’hui l’amélioration technique de la plateforme et l’acquisition de nouveaux contenus.

The LIVE HELL ON DEMAND Rammstein IRON
(Image promotionnelle de la campagne ulule non contractuelle de la version finale)

Les contributions étaient adaptées à chaque bourse : de l’euro symbolique à 250€ ; l’unique contrepartie à 666€ ayant été prise. La contreparties « Hangar 18 » pour 18 € offrait un mois d’abonnement à la plateforme. Les contreparties « Headbanging » pour 30€ et « The Shredder » pour 55€ offraient 2 mois d’abonnement. Les contreparties « Wall of Death », « Circle Piiiit » pour 150€ et « Trve Fan » pour 250€ offraient 3 mois d’abonnement. Outre l’abonnement à la plateforme The Pit edition – Hell On Demand, la campagne ulule offrait de nombreuses autres contreparties : du merchandising (des stickers, un patch, un tee-shirt, un sweat-shirt, un poster drapeau), 💿 deux DVD, 📕 l’un des deux ouvrages de Corentin Charbonnier et même 🎁 une Headbanger Box.

Watertank + 20 Seconds Falling Man + Parlor au Ferrailleur

Dans le cadre du projet digital de la Télé du Ferrailleur LFTV, l’association Tracass présente une soirée post-hardcore avec Watertank, 20 Seconds Falling Man et Parlor en concert physique au Ferrailleur vendredi 17 septembre 2021 dès 20h. !

🎫 10 euros sur place (uniquement) avec pass sanitaire et masque non obligatoire 😷

Trois groupes de post-hardcore Watertank, 20 Seconds Falling Man et Parlor se partageront ainsi la scène du Ferrailleur face à vous public, aujourd’hui même, en ce vendredi 17 septembre 2021 dès 20h.

Aussi, et voici quelques mois déjà et durant la fermeture des lieux de culture et des salles de concerts, les deux groupes nantais de post-hardcore Watertank et 20 Seconds Falling Man avaient participé (respectivement) au premier épisode et quatrième épisode de la Télé du Ferrailleur (respectivement) les lundi 8 février 2021 et vendredi 28 mai 2021.

💿 Quant à Parlor, le groupe parisien de post-hardcore sortira Comments, son prochain EP, le vendredi 15 octobre 2021 chez Source Atone Records et en K7 chez Duality Records

Lire la suite

Wolves in the Throne Room – Interview de Aaron Weaver

Fondé en 2002 par Aaron Weaver et son frère Nathan, Wolves in the Throne Room a sorti le 20 août son septième album, Primordial Arcana, chez Century Media Records et Relapse Records (uniquement) pour l’Amérique du Nord. C’est le premier album entièrement conçu, réalisé et produit par le groupe qui a intégré à cette occasion Kody Keyworth en tant que membre permanent.

Le titre de l’album est une référence au retour continu du groupe vers les énergies archétypales les plus anciennes. « En tant qu’enfants, nous avons étudié le travail de Joseph Campbell et l’étude des mythologies anciennes à l’intérieur de chaque culture humaine », explique Aaron. « Ces vérités archétypales et structures psychologiques nous inspirent et nous donnent de la force. »

Je remercie chaleureusement Century Media de m’avoir permis d’effectuer cette interview le 29 juin avec Aaron Weaver et de réaliser un souhait de longue date pour un groupe que j’affectionne tout particulièrement.

Lire la suite

Powered by WordPress.com. par Anders Noren.

Retour en haut ↑