Vous souvenez-vous de l’époque à la fois proche et lointaine des projections de films dans les bars ? Le mercredi 22 janvier 2020, j’ai eu le privilège de faire partie de l’inner circle angevin lors de la projection du film documentaire Blekkmetal au Joker’s Pub de Angers. La soirée était organisée dans le cadre de la 32e édition festival du film d’Angers Premiers Plans et coordonnée par la maison de disques Fleurs & Feuillages en partenariat avec COREandCO webzine. Jusqu’ici, le documentaire n’avait donné lieu qu’à une seule projection en France à l’occasion des 20 ans de Garmonbozia fin octobre 2018 à Rennes.

The Blekkmetal Film est un documentaire réalisé par David Hall à l’occasion du Blekkmetal Event, un « one-off fest » soit un évènement unique qui ne comptera qu’une seule et unique édition. Le mot « blekkmetal » est un jeu de mot entre « blekk » qui signifie « encre » en langue norvégienne et « black metal ». Festival entre concerts de black metal et art du tatouage, The Blekkmetal Event a été organisé du 13 au 15 novembre 2015 à Bergen par les principaux acteurs à l’origine de la scène black metal norvégienne issue de Bergen. Le documentaire pose la question de Bergen, ville de la côte sud-ouest de la Norvège entre montagnes et fjords où il pleut beaucoup paraît-il, et son (r)apport au black metal. A l’écran, interviennent les artistes tatoueuses organisatrices de l’évènement, Ivar Bjornson de co-fondateur du groupe norvégien de black/viking metal Enslaved et co-organisateur du Blekkmetal Event ou encore Hervé Herbaut, le fondateur et manager de Osmose Productions, le label français indépendant spécialiste en groupes de death et de black metal. On voit des artistes en interviews (Abbath…) et les groupes de black metal sur scène à l’affiche du Blekkmetal Event, sont filmés en plan large, lesquels je cite ici dans la foulée : Gaahls Wyrd, Hades Almighty, Enslaved, Old Funeral, Aeternus, Taake… le tout dans une réalisation très Do It Yourself.

« It’s Violence… and I fucking like it !« 

La projection du documentaire The Blekkmetal Film était suivie d’un échange avec la salle animé par Gérôme Guibert, maître de conférences en sociologie à la Sorbonne et membre de l’International Society for Metal Music Studies (ISMMS), Philippe Courtois, co-fondateur (avec Séverine Foujanet) de Holy Records, le label discographique français spécialiste en heavy metal  et Laurent Boulouard de Fleurs & Feuillages. Dans la salle, on notera la présence de Gérald Milani, fondateur et manager des Acteurs de L’Ombre, label français indépendant spécialiste en black metal. La discussion a beaucoup tourné autour des moyens de diffusion de la musique d’autrefois (de la manière dont on s’échangeait les cassettes, les vinyles, les fanzines, etc) très différents des moyens de diffusion d’aujourd’hui avec Internet.

 

A quand une nouvelle projection du film documentaire Blekkmetal ?