No One Is Innocent était l’un des groupes à représenter la scène metal française sur la MainStage 02 « 100% française » du Hellfest, le vendredi 21 juin 2019 (16h-16h40), aux côtés des heureuses élues du tremplin Voice Of Hell 2019, les Fallen Lillies, de Klone, Blackrain, Lofofora, Dagoba, Ultra Vomit, Mass Hysteria et de Gojira, notre fierté nationale. 

« No One, c’est du rock énervé, engagé et enragé ! »

No One Is Innocent a été fondé à Paris en 1993 par Kemar, son chanteur. Le groupe tire son nom du single des Sex Pistols, sorti en 1978. La programmation par Jean-Louis Brossard du tout jeune groupe aux côtés de Lofofora aux 15e Rencontres TransMusicales de Rennes en 1993 l’a propulsé : No One Is Innocent a sorti son premier album éponyme en 1994 qui contient le single La Peau, puis un second album Utopia en 1997. Or, le groupe s’est séparé en 1998. Cependant, Keymar n’en est pas resté là puisqu’il a sorti un album solo dans la confidentialité et a reformé No One Is Innocent en 2004 qui a sorti un troisième album, Révolution.com ! Les albums Gazoline et Dugstore ont suivi. Au début de l’année 2015, No One Is Innocent écrit son album Propaganda à la suite de l’attentat contre Charlie Hebdo le 7 janvier 2015 à Paris. La chanson Charlie rend hommage aux membres de la rédaction de Charlie Hebdo dont certains ont été assassinés. A sa sortie, Propaganda a sonné le retour à la fibre rock de No One. A la fin de l’année 2015, la musique rock de No One avec l’album Propaganda est entrée en résonance politique avec les attentats du 13 novembre 2015 à Paris et surtout avec l’attentat au Bataclan. A l’automne 2015, le soir des attentats du 13 novembre 2015, No One Is Innocent se produisait dans une salle de spectacle à Saint-Brieuc. « Quand on a appris pour le Bataclan, on a décidé tout de suite que l’on continuerait quoiqu’il arrive. » affirme Shanka, le guitariste. Ainsi, le lendemain des attentats au 14 novembre 2015, No One Is Innocent continuait sa tournée Propaganda et se produisait sur scène à l’Ubu à Rennes. Le 30 novembre 2015, deux semaines après l’attentat du Bataclan, No One Is Innocent se produisait à La Cigale à Paris où le groupe invita l’équipe de Charlie Hebdo sur scène devant 1 400 personnes, dans le cadre d’un énorme dispositif de sécurité. Dans le contexte « post-13 novembre », No One Is Innocent a enchaîné les dizaines de dates (80 voire 90) de la tournée Propaganda, dont une date au Hellfest en 2016. Ainsi, trois ans après, No One Is Innocent revient au Hellfest en 2019, fort de son nouvel et sixième album, Frankenstein sorti en 2018 chez Verycords.

📸 Voici un retour en images sur le concert de No One Is Innocent au Hellfest par Jeremie Foucher de Circle Pit Of Photography pour Culture METAL. 🤘

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Parmi les photos de No One Is Innocent au Hellfest, on distingue l’artwork de Frankenstein sur le Tee-shirt que porte Kemar.

« Frankenstein fait référence à la création de nos propres monstres dans des situations cauchemardesques que nos gouvernements ont provoquées ici ou ailleurs. Les citoyens des pays concernés par ces monstres cautionnent, subissent ou résistent à leur emprise et leurs conséquences. Les chansons de No One Is Innocent montrent l’interdépendance de la violence produite par ces monstres, subie ici dans nos pays « pacifiés » et infligée là-bas dans les régions en guerre. » – Citation librement adaptée de la tribune de Luis Velasco-Pufleau, Ecouter No One Is Innocent après le 13 novembre 2015 parue dans la revue Volume !

No One Is Innocent est aujourd’hui formé par Keymar au chant, Shanka et Popy aux guitares, Bertrand Dessoliers à la basse et Gaël Chosson à la batterie.

D’ici la fin de l’année 2019, No One Is Innocent se produit partout en France sur de nombreuses dates . La prochaine date est programmée au 11 août 2019 à la Fête du Bruit dans Landerneau. 

 

 

Sources :

http://www.memoires-de-trans.com/annee/1993/

Écouter No One Is Innocent après le 13 novembre 2015

15_2_metal_cvt-small250.jpg

 

Volume ! La revue des musiques p6pulaires, Paradoxal Metal, Entre pratiques ordinaires et représentations transgressives, Sous la direction de Gérôme Guibert, 15 : 2, 2018 volume.revues.org

 

Publicités