Travelling fête ses 30 ans et offre ainsi une rétrospective de 30 années de festival, 30 années de cinéma et un panorama de 30 villes qui ont été portées à l’écran par le cinéma, et mises à l’honneur par Travelling, le festival de la ville au cinéma de Rennes Métropole. Chaque édition de Travelling représente un portrait urbain de la ville qu’elle porte à l’écran dans ce qu’elle présente d’unique. Il s’agit là de Paris. 

Holy Motors de Leos Carax (2012) avec Denis Lavant, Kylie Minogue et Michel Piccoli. 🎥 lundi 11 à 21h15 au Gaumont.

Des films, j’en ai vu beaucoup, mais alors là, j’en reste perplexe… Je reprendrai mon article d’ici quelques jours, mais là, il me faut un peu de temps.

Le Paris de Leos Carax avec Holy Motors que je mets à la fois en comparaison et en opposition avec le Dans Paris de bobos parisiens de Christophe Honoré avec Romain Duris et Louis Garel, 🎥 jeudi 7 à 18h15 au ciné TNB en présence de l’actrice Joana Preiss ; le Paris dystopique de Jacques Tati avec Playtime (1967) qui n’a pris aucune ride 🎥 lundi 11 à 11h au Gaumont (cf mon article : Travelling « villes-monde » de science fiction) et le Paris de Mikhaël Hers avec Montparnasse, lieu de rencontre de personnages communs (il s’agit en terme de réalisation, d’un moyen métrage en un ensemble de trois courts, précurseur d’un passage au long-métrage) 🎥 mardi 12 à 16h30 au Gaumont.

Un autre film à l’affiche de Travelling 2019 d’un autre réalisateur français de surcroît a porté à l’écran et mis à l’honneur Paris. Il s’agit de Jacques Rivette avec Le Pont du Nord (1981) 🎥 mardi 12 à 18h15 au Ciné TNB avec Émeraude Nicolas, auteur. La projection était suivie d’une dédicace de son livre Pascale Ogier, ma sœur aux Filigranes Éditions. 

 

Publicités