Le LADLO FEST célébrait voici un mois, les dix ans du label français de l’underground du black metal – Les Acteurs De L’Ombre Productions – avec à l’affiche quatorze groupes de black metal sur deux jours, dont Moonreich, Pensées NocturnesPénitence Onirique, MonolitheRegarde Les Hommes Tomber, The Great Old OnesArkon Infautus, et j’en passe, le LADLO FEST s’est tenu sur le week-end du 6&7 octobre 2018 à Nantes à la Maison de Quartier de Doulon. L’évènement a rencontré un succès certain puisqu’il était annoncé complet dès le 25 septembre. Or, la direction du label n’a pas accordé d’accréditation à Culture METAL (ni à ma connaissance à d’autres médias) sur le LADLO FEST. C’est en ayant payé nos places comme n’importe quel festivalier, que néanmoins par passion, nous vous offrons un live-report texte et photo. Merci à Loud pour le texte, pour son point de vue très personnel (qui n’engage que lui-même) et merci à Jeremie Foucher – Circle Pit Of Photography pour ses images lumineuses en dépit de l’obscurité de la scène et de la salle. De mon point de vue, ce fut un bel évènement qui mettait en scène et en lumière le travail des Acteurs de l’Ombre sur l’underground du black metal français et pas seulement : rappelons, le groupe lituanien Au-dessus a signé chez Les Acteurs de l’Ombre.

A quand le LADLO FEST #2 ?

Amandine Briche

(rédac’ chef  à Culture METAL)

 

Cette première édition du LADLO FEST a bénéficié d’une bonne organisation, de la réservation en ligne des pass jusqu’à l’accueil des festivaliers en passant par le choix du site : jauge et configuration de la salle, parking et libre accès à son véhicule, la pose des bracelets fort jolis, le running order, le prix des boissons (2,5€ le demi de la très bonne Opus Dei et 1€ le verre de soft, c’est imbattable), le food truck et ses pizzas au feu de bois justes parfaites, les bénévoles et agents de sécurité tous sympathiques et souriants, et l’ambiance créée par tout cela, amicale, presque familiale. C’était sold out et on respirait. Tout ça pour 50 balles ! Un beau cadeau aux fans de la part des Acteurs de l’ombre Productions pour leurs 10 ans.
Le seul bémol : les lights, tout juste acceptables pour certains groupes mais globalement trop sombres. Ne voir que des silhouettes noires devant des spots rouges ou bleu crados, c’est dommage pour les groupes qui avaient fait un effort de présentation, VRAIMENT dommage.

Aussi, je vous propose une rétrospective en texte et en images des shows que j’ai appréciés durant ces deux journées, par ordre de passage.

Loud

(rédacteur à Culture METAL)

LADLO FEST – samedi 6 octobre 2018

HEIR
LADLO FEST – HEIR

HEIR  (14h50-15h20) – Aimant beaucoup leur album Au Peule de l’Abîme sorti en 2017,  j’ai découvert le groupe en live avec un plaisir non dissimulé et leur prestation, sobre mais propre, ne m’a pas du tout déçu. J.S, le chanteur, particulièrement habité par la musique du groupe et vocalement très présent attire toute l’attention, dans le bon sens du terme. Le son est plutôt bon, ce qui présage du meilleur pour les groupes à venir. Une bonne amorce pour le week-end.

Moonreich
LADLO FEST – MOONREICH

MOONREICH – (18h20-19h05) – Attendu avec impatience car Fugue, leur quatrième album, est pour moi l’un des meilleurs disques sortis cette année. Et ses titres passent admirablement l’épreuve du live. Présence et charisme étaient au rendez-vous, mention spéciale au guitariste Sinai qui ne s’arrête jamais. Un concert réussi.

REGARDE LES HOMMES TOMBER – (21h05-22h) – Le son, la scénographie, la puissance, la présence et la prise de risque en ouvrant avec un excellent morceau qui figurera dans le prochain album, cela ne fait aucun doute, les nantais ont tout misé sur cet unique show pour l’année 2018. Thomas Terreur, le chanteur, offre à la salle comble toute acquise à sa cause, le meilleur concert du fest le soir de son 31e printemps. Victoire à domicile par K.O.

ARKHON INFAUSTUS – (22h30-22h30) – Les autoproclamés « sales bâtards d’Arkhon Infaustus » ont délivré une prestation sans compromis ni fioritures, brutale, intense et intègre. La bouteille de vodka n’aura, une nouvelle fois, pas résisté à Deviant. Le line-up est rôdé et il est très en forme. L’excellent The Precipice Where Souls Slither extrait du dernier ep Passing The Nekromanteion comme les classiques M33 Constellation et Whirlwind Journey, nous ont été administrés avec puissance et je n’en demandais pas plus pour me faire achever en beauté.

 

LADLO FEST – dimanche 7 octobre 2018

Lifestream
LADLO FEST – LIFESTREAM

LIFESTREAM – (14h00-14h40) – Post Ecstatic Experience, leur très bon album de black sympho sorti en 2015, fonctionne particulièrement bien en live. Le set est propre et le mix est, une fois encore, de qualité. Je n’ai pas décroché du concert malgré un manque d’incarnation de la musique de la part de certains musiciens (le chanteur, indépendamment de ses qualités vocales, m’a donné l’impression de s’emmerder sur scène). Encore une dose de présence et de charisme et ça deviendra encore mieux.

DELUGE – (17h45-18h30) – LA petite déception du jour. J’aime bien leur album Ether et j’ai le souvenir d’avoir pris une claque les deux fois ou je les ai vus en live, au Ferrailleur à Nantes avec The Great Old Ones et au Hellfest en 2017, mais là c’est comme si j’aimais moins ce groupe. Il y a comme un truc qui me dérange et j’ai cette sensation qu’ils n’arrivent pas à faire un choix musical net, comme s’ils naviguaient entre deux eaux (métaphore bien à propos mais involontaire) sans trouver leur voie, enfin une voie que je trouve cohérente.

Au dessus
LADLO FEST – AU-DESSUS

AU-DESSUS – (19h05-19h55) – Tout l’inverse du précédent groupe. Fan de leur album End Of Chapter, leur set du Hellfest de cette année m’avait laissé de marbre (sous la Temple en pleine après-midi la magie avait vraiment du mal à prendre) alors que là j’ai cru voir un tout autre groupe. Le souvenir de Clisson a été littéralement effacé par une prestation millimétrée, sobre, dark et envoûtante. Best of day et de très loin.

THE GREAT OLD ONES – (22h à 23h) – Toujours aussi efficace (comme pour AU-DESSUS, quand les conditions sont réunies, en salle à 22h, la magie prend) même si je ne suis pas un fan absolu du groupe. C’est puissant et l’univers est là.

 

 

Texte : Loud pour Culture METAL

Photo : Jeremie Foucher – Circle Pit Of Photography

 

Aussi, j’ai eu l’opportunité avec Culture METAL d’être accréditée et de photographier de nombreux groupes signés chez Les Acteurs de l’Ombre sur des évènements autres que le LADLO FEST.

© Amandine Briche.
Publicités