Court Métrange inaugurait Long Métrange avec la projection du long métrage Alleluia de Fabrice Du Weltz, vendredi 29 janvier 2016 à 20h15 au Cinéville Colombier.

Alléluia de Fabrice Du Weltz, avec Laurent Lucas et Lola Duenas, a reçu (entre-autres) le Méliès d’Or en 2014.

Présentation du premier long-métrage de Long Métrange par l’équipe de Court Métrange puis par l’équipe de l’émission nécrophile « Le Cinéma est Mort » devant le premier public de Long Métrange.

Alléluia raconte l’histoire « étrange » d’un couple où la folie d’un homme engendre la folie d’une femme. Il ne s’agit pas d’amour, ni chez l’homme, juste un désir de conquêtes – et d’escroquerie si affinités – ni chez la femme d’ailleurs, mais du désir morbide d’être aimée dans sa singularité, et de la peur de l’abandon jusqu’à l’oubli de soi.

Avec la complicité de la femme, l’homme en convoite d’autres à des fins d’escroquerie, c’est le but avoué par l’homme à la femme. Mais dès qu’il entre dans l’intimité de ces autres qu’il convoite, la femme sombre dans une jalousie puis dans une violence jusqu’au meurtre. L’homme est en fin de compte dépassé par une folie qu’il a engendré chez la femme.

Au début, le spectateur aurait tendance à avoir de l’empathie pour la femme victime à l’origine de leur rencontre, d’une manipulation de l’homme. Or la femme-victime devient femme-tortionnaire, un monstre. S’est-elle révélée en tant que telle ou au contraire égarée dans son histoire avec l’homme ? Jusqu’à quel point, on éprouve de l’empathie pour la femme ? Jusqu’à la fin ?  C’est là où le parti pris du spectateur diffère dans l’interprétation du film.

Prochain long-métrage de Long Métrange en mars.

Publicités