💿 7 WEEKS sort son EP What’s Next ? – The Sisyphus Sessions aujourd’hui mĂȘme, en ce vendredi 27 novembre 2020 chez F2M Planet. Sortir un EP Ă  la fin de la mĂȘme annĂ©e Ă  la suite de l’album paru en janvier est une stratĂ©gie pour pallier Ă  l’absence de la scĂšne et maintenir sa prĂ©sence auprĂšs des fans. Le groupe 7 WEEKS prĂ©sente son EP What’s Next ?” -The Sisyphus Sessions- telle une extension de son sixiĂšme album, Sisyphus. En raison de la crise sanitaire actuelle, la tournĂ©e du groupe de stoner originaire de Limoges a Ă©tĂ© annulĂ©e en mars dernier. 7 WEEKS est alors retournĂ© en studio en juillet. Tel Sisyphe qui pousse sa pierre jusqu’au sommet de son rocher et qui la laisse retomber pour encore la remonter


📾 Photographie de l’article : 7 WEEKS au Motocultor 2017 par Amandine Briche pour Culture METAL đŸ€˜

7 WEEKS – What’s next ? The Sisyphus Sessions

🖌 L’artwork de l’opus est signĂ© Gilles Estines.

TRACKLIST
01. Intimate Hearts (inĂ©dit des enregistrements de ‘Sisyphus’)
  02. My Valhalla (inĂ©dit – LP uniquement)
  03. Cirkus (King Crimson Cover)
  04. Gone (Acoustic Version)
  05. Idols (Acoustic Version)
  06. Sisyphus (Acoustic Version)

DUREE :  24 Minutes 39

STYLE : Heavy Rock

LINE UP
Julien Bernard (chant, guitare, basse)
Jérémy Cantin-Gaucher (batterie)
PH Marin (clavier, guitare)
Fred Mariolle (guitare)

DISCOGRAPHIE
All Channels Off (2009)
7 Weeks Plays Dead Of Night (2011)
: ciné-concert sur le film Dead of Night*
 Carnivora (2013)
 Bends (2014)
 A Farewell To Dawn (2016)
 Sisyphus (2020)
 « What’s Next ? » -The Sisyphus Sessions-

*Dead of Night (Au cƓur de la nuit) est un film britannique fantastique Ă  sketches rĂ©alisĂ© par Alberto Cavalcanti, Charles Crichton, Basil Dearden et Robert Hamer et sorti en 1945.

TEASER EP

Amateur de digital, le lien Linkfire avec toutes les plateformes :

https://7weekssisyphus.lnk.to/k4XEw

Site Officiel
Disponible dans une version digitale de cinq titres et un vinyle de six titres, l’EP est composĂ© d’inĂ©dits de sessions d’enregistrement et de versions alternatives de l’album, mais aussi d’une cover.
Les trois versions acoustiques des titres de Sisyphus ont Ă©té enregistrĂ©es en one shot : en une seule prise, sans retouche ou overdub. Ainsi, 7 WEEKS se montre sans artifices, dĂ©laisse l’électrique et dĂ©voile sa musique dans sa forme la plus simple.
“What’s Next ?” -The Sisyphus Sessions- dĂ©voile des facettes plus subtiles, plus progressives, plus insidieuses de la musique de 7 WEEKS. C’est un rendu Ă  la fois plus sombre et plus Ă©purĂ© qu’illustrent ses trois singles :
Intimate Hearts – 7 WEEKS
https://youtu.be/JELJUyMvxoo
Le premier extrait Intimate Hearts, c’est une humanitĂ© Ă©crasĂ©e qui offre ses pensĂ©es les plus intimes Ă  un dieu dĂ©faillant, un dieu moderne, trĂšs puissant car hypnotique et addictif. Cela fait Ă©videmment Ă©cho Ă  Internet ou aux rĂ©seaux sociaux ; les nouvelles ‘idoles’ au sens religieux du terme qui absorbent notre temps, nos rĂ©flexions, notre crĂ©ativitĂ©.
 Intimate Hearts avait Ă©tĂ© jugĂ© trop sombre pour l’ambiance solaire de Sisyphus et mis de cĂŽtĂ©. La pĂ©riode actuelle le met au goĂ»t du jour.
đŸŽ„Â Le clip qui l’accompagne est signĂ© William Windrestin et met en scĂšne la comĂ©dienne Elisa Delorme.
« J’ai voulu filmer des regards avec la question du point de vue : le rapport Ă  soi-mĂȘme et Ă  nos doutes, nos angoisses. Nos pensĂ©es intimes sont autant de rĂ©ponses que de questions, tout finit par se mĂ©langer, voire sombrer et puis on recommence, comme Sisyphe. Il y a un vertige dans les changements du morceau qui a inspirĂ© une mise en abĂźme du groupe au point de les faire disparaĂźtre : les musiciens ne sont ici que fragments, instruments. La crĂ©ation intime incarnĂ©e par la comĂ©dienne, est fascination et distance, douleur et libĂ©ration. A chacun de nous d’étouffer ou de respirer, en tous les cas je voulais une fin qui travaille encore quand le morceau est terminĂ©. Comme ils le disent eux-mĂȘmes : what’s next ?.” (William Windrestin – rĂ©alisateur)
Idols (Acoustic Version) – 7 WEEKS
https://www.youtube.com/watch?v=IsStnrQXWC8
AprĂšs avoir rĂ©vĂ©lé Intimate Heart un inĂ©dit issu des sessions d’enregistrement de Sisyphus, 7 Weeks propose une nouvelle approche et une version alternative du titre Idols dans une dĂ©marche acoustique au travers laquelle 7 Weeks dĂ©laisse l’électrique et dĂ©voile sa musique dans sa forme la plus simple.
Idols traite de nos “hĂ©ros” musicaux dĂ©funts. Avec cette reprise acoustique,7 Weeks a eu la volontĂ© d’enregistrer en “one shot”, en une seule prise, sans retouche ou overdub pour montrer le groupe sans artifices. Un retour aux sources de cette musique qui prend tout son sens lors de cette pĂ©riode oĂč l’on ne sait toujours pas si les choses redeviendront ‘comme avant’ : on peut perdre beaucoup de choses mais pas la possibilitĂ© de jouer de la musique dans son plus simple appareil. 
đŸŽ„ Le clip Idols a Ă©tĂ© enregistrĂ© et captĂ© le 16 juillet sur la scĂšne Des Lendemains qui Chantent Ă  Tulle. La rĂ©alisation est signĂ©e Tom Marchand.
Cirkus (King Crimson cover) – 7 WEEKS
https://youtu.be/fb4jZl4rwQU
© William Windrestin
À l’instar d’Intimate Hearts, Cirkus était prĂ©vu Ă  l’origine pour Sisyphus. Or, le titre avait Ă©tĂ© mis de cĂŽtĂ© en raison de sa longueur (six minutes trente) mais aussi du dĂ©fi que reprĂ©sentait une telle reprise de King Crimson. Le confinement aura donnĂ© Ă  7 WEEKS le temps et l’occasion d’enfin travailler sur l’énorme challenge de l’adaptation de Lizard, album particulier dans la discographie d’un groupe britannique Ă  part. 
7 WEEKS dévoile ainsi une de ses influences « souterraines » :
“Nos influences de « surface » sont connues et nous avons dĂ©jĂ  repris sur scĂšne de nombreux morceaux de Soundgarden, QOTSA, Motörhead, Metallica, Led Zeppelin et autres. Pour une premiĂšre reprise sur disque, on voulait quelque chose de plus « sinueux », de plus original et King Crimson (comme Bowie ou Pink Floyd) fait partie de nos influences ‘souterraines’, celles qui n’apparaissent que par fulgurances dans notre musique. Nous sommes fiers de rendre cet humble hommage Ă  la bande de Robert Fripp.”
đŸŽ„Â Le clip qui a Ă©tĂ© tournĂ© Ă  La Souterraine et rĂ©alisĂ© par William Windrestin met en images la mĂ©taphore de « la monstrueuse parade » ; idĂ©e selon laquelle les bĂȘtes de cirque ne sont pas oĂč l’on pense. Une autre interprĂ©tation renverrait Ă  l’idĂ©e d’ĂȘtre amputĂ© de quelque chose, quand le vide prend place au sens propre comme au figurĂ©.
Aussi, Cirkus voit la participation de Gérald Giménez (qui a joué avec 7 WEEKS de 2016 à 2018) sur une grande partie des guitares.

7 WEEKS

Le groupe de stoner français « not from Paris » et originaire de Limoges s’est produit voici trois ans, lors de la dixiĂšme Ă©dition du festival Motocultor sur la Massey FerguscĂšne le vendredi 18 aoĂ»t 2017 de 16h50 Ă  17h35. 7 WEEKS dĂ©fendait alors son cinquiĂšme album A Farewell To Dawn sorti en 2016. Le webzine Culture METAL avait dĂ©couvert le groupe sur scĂšne lors de la 7e Ă©dition du festival Metal Culture(s) et Ă©tait ainsi d’attaque pour faire la couverture photo du groupe au Motocultor que voici !

7 WEEKS au Motocultor 2017

7 Weeks au Metal Culture(s)