Culture METAL vous suggère un peu de lecture en ce dimanche de déconfinement J-1. Les concerts et les festivals n’étant pas (encore) d’actualité, comme vous le savez, alors quoi de mieux qu’un peu de littérature metal en attendant le retour des groupes sur scène en salle et en festival ? Je vous suggère ainsi la lecture de Non Serviam : l’histoire officielle de Rotting Christ ; premier livre qu’a publié la jeune maison d’édition : les Éditions des Flammes Noires. L’ouvrage retrace l’aventure de Rotting Christ, les trente premières années de carrière du groupe grec, des origines à son apogée. Le titre de l’ouvrage reprend celui de l’album phare de Rotting Christ. Il s’agit du deuxième album de groupe alors quatuor. Non Serviam signifie en latin : « je ne servirai pas » et résume le caractère quasi-anarchiste de Rotting Christ. Le manque de promotion et de distribution de l’album par Unisound, le label grec du groupe à l’époque l’a rendu culte. Pourtant, le disque été enregistré et mixé au Storm Studio, le propre studio de Rotting Christ qui a d’ailleurs enregistré de nombreux groupes de la scène grecque et européenne underground (cf : chapitre X). Les premiers chapitres du livre posent le contexte politique, économique et social de la Grèce dans lequel est né Rotting Christ.

Rotting Christ - Non Serviam

Rotting Christ a été fondé en 1987 à Athènes par les frères Tolis (Sakis et Themis respectivement chanteur/guitariste et batteur) et Jim Mutilator (bassiste de Rotting Christ de 1987 à 1996), qui affirme d’ailleurs dans le livre (cf : chapitre IV) avoir formé avant le groupe sous le nom Black Church en 1984 d’abord avec ses camarades de classe ; les frères Tolis, Sakis à la guitare et au chant et Themis à la batterie l’ayant rejoint après. Puis, Jim a changé le nom du groupe en 1987 qui s’est alors appelé Rotting Christ. A ses débuts, de 1987 à 1989, le trio infernal s’est essayé au grindcore ; un style qui en fin de compte ne leur ressemblait pas. (cf : chapitre V) Toutefois, la troisième démo Satanas Tedeum en 1989 marquait un « basculement esthétique, idéologique et musical » vers le black metal. (cf : chapitre VI) En 1991, le groupe grec sort un split 45 tours chez Obscura Plasma avec Monumentum, groupe italien (cf : chapitre VII) d’une part et Passage To Arcturo un EP chez Decapited Records et Wipe Out Records d’autre part (cf : chapitre VIII). Avec le clavériste George Zacharopoulos (Morbid, Magus Wampyr Daoloth) dans le line-up depuis le split album et l’EP, le groupe alors quatuor sort ses deux premiers albums : en 1993, Thy Mighty Contract chez Osmose Productions, le label français de Hervé Herbaut (cf : chapitre IX) et en 1994, Non Serviam chez Unisound Records, le label grec underground (cf : chapitre XII). En 1995, Morbid quitte Rotting Christ mais continue à faire de la musique avec Sakis pour leur side-project Thou Art Lord.

Ensuite, Rotting Christ signe un contrat pour six albums et dix ans avec le label allemand à distribution internationale, Century Media Records. Le trio originel (Jim, Sakis et Telmis) sort Triarchy Of The Lost Lovers en 1996 ; un troisième album aux influences heavy metal (cf : chapitre XIV). Jim quitte Rotting Christ à regret pour raison familiale. Le duo Themis/Sakis intègre trois musiciens athéniens : le bassiste Andreas Lagios, le guitariste Kostas Vassilakopoulos et le claviériste Panayiotis et invite en studio Xy de Samael aux claviers et Fernando Ribeiro de Moonspell au chant – sur la deuxième chanson – pour le quatrième album. A Dead Poem sort en 1997 chez Century Media Records et marque une évolution vers le metal gothique (cf : chapitre XVI). En 1999, le groupe intègre George Tolias aux claviers (en remplacement de son ami Panayiotis) et sort un cinquième album : Sleep Of The Angels chez Century Media Records dans une continuité esthétique gothique (cf : chapitre XVII). En 2000, avec Khronos (le sixième album, chez Century Media Records), Rotting Christ dont le line-up est alors marqué par l’absence de Themis Tolis à la batterie mais la présence de Sakis Tolis à la guitare, à la basse et au chant, Jan Roger Halvorsen à la batterie et George Tolias aux claviers et aux paroles, retourne à ses racines black et underground. (cf : chapitre XVIII). En 2002, Rotting Christ dont le line-up alors est formé des frères Tolis, Sakis à la guitare, à la basse, aux paroles et au chant, Themis à la batterie et George Tolias aux claviers et aux paroles, sort ensuite un septième album : Genesis, toujours chez Century Media Records et dans une continuité stylistique vers le metal extrême, black metal et underground. En 2004, Rotting Christ dont le line-up alors est formé des frères Tolis, Sakis à la guitare, au synthétiseur, aux paroles et au chant, Themis à la batterie et Andreas Lagios à la basse sort un huitième et dernier album chez Century Media Records : Sanctus Diavolos, « l’album de la colère ». (cf : chapitre XX).

Enfin, Rotting Christ signe avec Season Of Mist. La signature avec le label français marque aussi la réédition/compilation en double CDs de l’EP Passage To Arcturo et de Non Serviam, le deuxième album du groupe grec. Rotting Christ (avec le même line-up) incorpore à son esthétique des éléments de la culture antique et classique grecque (et héllénistique) dans un neuvième album : Theogonia, qui sort chez Season Of Mist en 2007. L’album emprunte son nom à la Théogonie (la Généalogie des Dieux) du poète grec Hésiode (VIIIe siècle av. JC) (cf : chapitre XXI).

En 2010, le groupe (avec le même line-up) sort ensuite un dixième album, Aelo chez Season Of Mist (cf : chapitre XXII). L’année 2012 marque la renaissance de Rotting Christ. (cf : chapitre XXIII) Le groupe grec sort un split vinyle avec Negative Plane, groupe américain de black metal. Enfin, le groupe dont le line-up se limite désormais au duo des frères Tolis, Sakis à la guitare, à la basse, aux claviers, aux paroles et au chant et Themis à la batterie avec de nombreux musiciens en « guests », sort un onzième album Katà Ton Daimona Aeautù en 2013 (cf : chapitre XXIV) puis un douzième album Rituals chez Season Of Mist en 2016 (cf : chapitre XXV). En 2019, Rotting Christ sort un dernier album The Heretics, toujours chez Season Of Mist. (cf : chapitre XXVI).

Non Serviam

Non Serviam, la biographie officielle de Rotting Christ, a été co-écrite par Sakis Tolis & Dayal Patterson et publiée en anglais au Cult Never Dies (et Crypt Publications) en 2018, puis traduite en français par Emilien Nohaic et publiée aux Éditions des Flammes Noires en 2020, désormais en vente au prix très abordable de 23€. Le livre compte 280 pages de textes, 170 d’images d’archives, d’entretiens avec Sekis, Themis, Jim, et beaucoup d’autres musiciens confrères de Rotting Christ…

Site : https://edt-flammes-noires.com
Facebook : @edtflammesnoires.com

 

Artwork : Daphnéa Doto