La bienveillance n’a pas dit son dernier mot.

Voilà un groupe qui m’avait déjà conquise lors de la sortie de l’album Ktonik en 2016, mais qui vient de me laisser littéralement sur le ### après ce clip.

Après l’avoir vu, l’article s’imposait, et pas qu’un peu ! Comment dire… Je n’y croyais plus ! Pas que ce soit la meilleure chose que j’ai entendue, mais là, putain, pourquoi je ne vois pas plus souvent des trucs pareils ?
Des artistes qui prennent des risques en exposant un sujet de société, répandu mais apparemment assez tabou, avec beaucoup de délicatesse et un respect très touchant. Un clip bien fait, beau, simple qui donne une grande intensité à cette chanson. C’est ma petite lueur de cette fin d’année.

Le sujet qui est traité dans Hate est le cyberbullying : le cyberharcèlement.
La vidéo ouvre sur un texte : « Le cyberharcèlement touche de nombreuses personnes quels que soient leur âge, leur race, leurs préférences sexuelles ou leur statut social. Il existe des endroits où vous pouvez demander de l’aide si vous-même ou l’un de vos proches êtes victime de harcèlement en ligne. Restez fort »

Traduction des paroles :

J’espère que tu comprendras
Ta haine n’engendre que la haine

Ici, sous le soleil, un enfant essaie de bien faire
Esprit pur et fragile, poursuivant ses rêves comme des papillons, ne les laissez pas mourir
Tu n’étais pas empoisonné, jusqu’à ce qu’ils t’apprennent l’humiliation
Qui sommes-nous devenus, cet enfant en vous et moi divisé par quelques écrans

« J’espère que tes enfants vont mourir
Et que le cancer te tuera vite »

Tout le monde se sent courageux, en sécurité derrière l’écran de la haine
Tu peux jouer la sécurité, quand tu n’as pas de visage, quand tu n’as pas de nom
Vous tous ! N’hésitez pas à me pointer du doigt et à me faire saigner
Mais voyez-vous en moi, je suis, je sens, je respire le même air que vous respirez

Pas sûr que tu comprennes
Ta haine n’engendre que la douleur

« Ton visage me rend malade »
« Vous les pédés devriez saigner »
« Regardez comme il est gras »
« Elle ressemble à une salle pute »
« Pauvre salope elle a demandé la mort »
Est-ce toi?

Votre haine n’engendre que la haine
Votre haine n’engendre que la douleur
Votre haine ne nourrit que la peur
Votre haine n’engendre que des larmes

J’ai souvent eu l’impression qu’on entendrait jamais ces voix, qu’on ne défendrait pas ces personnes, qui sont chacun de nous et surtout l’enfant que nous sommes. Accepter d’être fragile ou différent et décider de le défendre, ça c’est être courageux et ça c’est beau à voir.
Les Hypersensibles sont souvent ceux qui créent les œuvres les plus universelles, les plus fédératrices alors qu’ils sont pris à parti par la méchanceté d’un petit groupe d’âmes crasseuses. Une chose que nous constatons sans arrêt aujourd’hui, des insultes, des menaces de morts, des commentaires encore et encore… Comme disais Michel Audiard à propos des marins : « C’est curieux ce besoin de faire des phrases ». Citation parfaitement adaptée à notre époque et à ce déversement incessant de pensées inutiles et souvent démesurées. Un mec peut parler du temps qu’il fait (« ce besoin de faire des phrases… ») et se retrouver avec des émoticônes vomi, des insultes, des menaces, mais qu’est-il arrivé à notre empathie ? Pourquoi même prendre le temps de se battre avec du rien comme ça ?
Et c’est ce qui est triste, des gens qui souffrent, qui se font accabler par d’autres, au fond encore plus malheureux qu’eux, qui se font un plaisir de les écraser pour se sentir un peu exister.

bandeau cyberbulling.jpg

Alors voilà, j’espère revoir cette sincérité et cette bienveillance plus souvent, l’Art est là pour dénoncer mais aussi soutenir, pour élever et questionner l’âme, et avant tout pour faire rêver. Et quand c’est entre les mains de gens précieux et attentifs aux autres (et à tout ce qui est autre d’ailleurs) ça donne de l’espoir, de la confiance, de l’amour et je ne vois pas qui pourrait refuser ça.

image1.jpg

La musique de Votum est très prenante, froide et mélodieuse. C’est un mélange parfait qui flirte gracieusement entre Metal, Post-Rock et Alternatif ; mes genres de prédilection. Alors dur de ne pas péter un plomb à l’écoute d’une telle merveille ! Les anciens albums à part, c’était pas vraiment mon truc, là… mais Ktonik quoi !!!

Je vous mets au défit de ne pas l’écouter en entier ! Et pour les amateurs de Metal plus énervé, ne vous laissez pas endormir par Blackened Tree ou Last Word, et écoutez-moi Simulacra, Greed ou Vertical, y’a pas de l’envolée de foufou là ? Moi ça me fait passer direct de l’état solide à l’état gazeux sans passer par l’état liquide. C’est une précision importante. En physique, ça s’appelle la sublimation, et je déconne pas !
Histoire de vous finir, c’est un album mixé par David Castillo (Katatonia, Opeth, Bloodbath) et masterisé par Tony Lindgren (Paradise Lost, Kreator, Leprous). La classe !

 

Bandcamp : https://innerwound.bandcamp.com/album/ktonik

 

 

Publicités