Le festival international de théâtre et de danse Mettre En Scène démarrait à Rennes au Théâtre National de Bretagne, avec en tête d’affiche, pour deux semaines de représentation, Les Liaisons Dangereuses, salle Vilar. Avant même le début du festival, le spectacle s’annonçait déjà complet et pendant le festival, le spectacle a rencontré un énorme succès.

J’ai donc assisté à la générale lundi 2 novembre des Liaisons Dangereuses et à la première le lendemain, mardi 3 novembre, date du début du festival Mettre En Scène. Et je n’ai pas du tout été déçue de la mise en scène de Christine Letailleur. Trois ans auparavant, j’avais déjà vu sa mise en scène du Banquet de Platon lors du Festival Mettre En Scène 2012 au Théâtre de Cornouailles à Quimper que j’avais beaucoup apprécié. Quant aux Liaisons Dangereuses, j’avais déjà lu le roman épistolaire de Choderlos de Laclos que je relis d’ailleurs avec plaisir depuis que j’ai vu et revu la pièce de Christine Letailleur.

Le mardi 10 novembre, j’ai assisté à la projection d’un film de Patrice Chéreau, Ceux qui m’aiment prendront le train, au ciné TNB. La projection du film était suivi d’une rencontre avec Christine Letailleur, Dominique Blanc et Vincent Pérez. Pourquoi Christine Letailleur a-t-elle choisi ce film pour la carte blanche qui lui était consacrée ? Pour trois raisons, de la plus objective à la plus subjective). D’abord, parce que l’on retrouve sur l’écran les deux acteurs Dominique Blanc et Vincent Pérez (qui excelle dans le film dans le rôle de Viviane !) Aussi, c’était une manière pour Christine Letailleur ainsi que pour Dominique Blanc et Vincent Pérez, qui ont tous deux travaillé avec Patrice Chéreau, de lui rendre hommage. Enfin, Christine Letailleur, a choisi Ceux qui m’aiment prendront le train plutôt que la Reine Margot (les deux acteurs y jouaient aussi) pour sa singularité. Mardi 10, le ciné TNB était loin d’être complet, mais la salle Vilar devait l’être, comme à chaque soir de représentation des Liaisons Dangereuses.

Le mardi 17, j’ai assisté à la lecture du roman de Annie Ernaux Les Années  par Domique Blanc au TNB, salle Vilar. Avant la lecture, nous avons observé une minute de silence à la demande de M. Le Pillouer, directeur du TNB. La salle Vilar était remplie de moitié (500 personnes pour une lecture !) J’ai beaucoup apprécié la lecture de Dominique Blanc, la manière dont elle a rendu avec finesse le texte d’actualité dans le contexte délicat des attentats de Paris. Je lirai ou relirai Les Années de Annie Ernaux avec plaisir depuis que j’ai entendu la lecture de Dominique Blanc. Mais pour l’instant, je suis en train de relire Les Liaisons Dangereuses de Choderlos de Laclos !

Publicités