Recherche

Culture METAL

Webzine

Date

27 janvier 2022

Red Waters

En parallèle au festival Travelling, une nouvelle création par Barði Jóhannsson et Keren Ann Zeidel (Lady & Bird), Red Waters en partenariat avec l’Opéra de Rennes, le Théâtre National de Bretagne (TNB) et l’Orchestre National de Bretagne (ONB) sera à l’Opéra de Rennes pour une semaine de représentation dès demain, du vendredi 28 janvier au vendredi 4 février 2022 !

Barði Jóhannsson a composé Red Waters en complicité avec Sjón, le poète, romancier et parolier islandais de Björk. Il s’agit d’opéra pop, d’un conte gothique, d’un récit entre norme et transgression, chuchotement et exubérance. Dans un village où le vin coule dans les rivières, là où règnent les secrets, il se déroule d’étranges rituels. Des jumeaux qui s’ignorent depuis qu’ils ont été séparés à la naissance tombent amoureux l’un de l’autre. Le rouge domine le plateau, comme un sang qui irrigue la scène ou un alcool qui étourdit les sens : envoûtement, féerie, mélancolie… L’opéra est chanté en anglais et surtitré.

Outre le duo Lady & Bird (Keren Ann Zeidel & Barði Jóhannsson) Red Waters réunit une équipe artistique internationale : Arthur Nauzyciel à la mise en scène, Damien Jalet à la chorégraphie, Riccardo Hernández au décor, Scott Zielinski à la lumière, le styliste Gaspard Yurkievich aux costumes, Nicolas Agullo pour la direction de l’Orchestre National de Bretagne et Marie Darrieussecq pour le livret français. 

Red Waters : nouvelle création 2022
▪ Durée : 1h20
▪ Dès 12 ans
🎫 Billets : bit.ly/ODR-RedWaters

Le musicien islandais Barði Jóhannsson donnera en ciné-concert Les Lèvres rouges de Harry Kümel, le dimanche 6 février 2022 à 16h au Théâtre National de Bretagne dans le cadre de Travelling.

Souvenez-vous, Barði Jóhannsson avait donné en ciné-concert Häxan (ou La Sorcellerie à travers les âges) de Benjamin Christensen, pour sa première date rennaise, le dimanche 16 février 2020 à 16h au Théâtre National de Bretagne aussi dans le cadre de Travelling !

Häxan en ciné-concert à Travelling

Häxan (ou La Sorcellerie à travers les âges) est paru voici cent ans en 1922 et est toujours aussi effrayant. Le film fut d’ailleurs banni aux États-Unis en raison de son caractère « sataniste » et censuré dans d’autres pays pour ses nombreuses séquences avec des représentations de torture, de nudité, etc… et de tableaux tel celui où le diable invite des sorcières au sabbat et à toutes sortes de « perversions »….

Häxan a été réalisé par le maître du cinéma muet danois Benjamin Christensen sur un mode documentaire tel un essai filmique sur le sujet de la sorcellerie, de l’antiquité à une période contemporaine du film. Häxan est ainsi présenté à la manière d’une conférence mais contient cependant de nombreuses scènes de fiction comparables aux films d’horreur traditionnels. Christensen s’est inspiré de son étude du Malleus Maleficarum (« Marteau des sorcières » ou marteau contre les sorcières). L’ouvrage allemand du xve siècle était jadis utilisé dans la chasse aux sorcières par les membres de l’Inquisition. Häxan (ou La Sorcellerie à travers les âges) analyse la manière dont les superstitions et l’incompréhension des maladies et pathologies mentales mènent à l’hystérie de la chasse aux sorcières. 

Häxan fut le film muet scandinave le plus onéreux jamais réalisé dont le coût estimé à près de 2 millions de couronnes suédoises. Häxan (ou La Sorcellerie à travers les âges) existe aujourd’hui dans trois versions : la première est une restauration de l’œuvre originelle de 87 minutes, format 1.33 (4:3), teintée (monochrome) accompagnée d’une bande son de l’année 2006 interprétée par le Bulgarian Chamber Orchestra et composée par Barði Jóhannsson du groupe islandais Bang GangPour sa première date rennaise, le musicien islandais Barði Jóhannsson a donné Häxan en ciné-concert dans le cadre de la 31e édition de Travelling, le festival de cinéma de Rennes Métropole, au ciné TNB, le dimanche 16 février 2020 à 16h. 

Häxan de Benjamin Christensen par Barði Jóhannsson

Lire la suite

Powered by WordPress.com. par Anders Noren.

Retour en haut ↑