Recherche

Culture METAL

Webzine

Date

10 octobre 2021

Appalooza aux Lunatiques

Fort de son nouveau line-up, le power trio de stoner rock d’origine brestoise, Appalooza défendait enfin sur scène son nouvel album The Holy Of Holies lors de la troisième édition des Lunatiques à Pacé (35) près de Rennes, le samedi 2 octobre 2021 à 19h15, aux côtés de NerzhPoint Mort, Klone, Psykup et Obsidian. Le festival des Lunatiques est organisé par le collectif Tout Rennes Sature.

📸 Voici un retour en images sur le concert de Appalooza aux Lunatiques 2021 par Kevin Le Corre pour Culture METAL 🤘

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le groupe s’est formé en avril 2011 autour du duo noyau fondateur : Vincent à la batterie et Sylvain au chant et à la guitare. En janvier 2018, Appalooza a sorti un premier album éponyme. Depuis juin 2020, Adriena remplacé Tony à la basse.

💿 Le second album de AppaloozaThe Holy Of Holies est paru le vendredi 5 février 2021.

La couverture de l’album a été réalisée par Wild Horse Artworks.

📸 Retour souvenir en images sur le concert de Appalooza au Samaïn Fest 2018 par Amandine Briche pour Culture METAL 🤘

Court Métrange 2021 : les coups de cœur de Culture METAL

Court Métrange, le festival international du court-métrage insolite et fantastique de Rennes se poursuit en ligne via la plateforme partenaire Spamflix jusqu’au dimanche 10 octobre à minuit 🕛

Et au cas où vous auriez tout raté de Court Métrange à Rennes et de Court Métrange en ligne et qu’il ne vous reste que vos yeux pour pleurer 😭 Je vous ai mis en lien viméo dans l’article No, I Don’t Want To Dance de Andrea VINCIGUERRA (02’39  2019 • Royaume-Uni 🇬🇧 Italie 🇮🇹) puisqu’il s’agit de l’un de mes coups de cœur 💔 Court Métrange 2021.

No, I Don’t Want To Dance avait été programmé par Arte dans l’émission du court-métrage Court Circuit, tout comme Mondo Domino de SUKI (06’15 • 2021 • France 🇫🇷)

Mondo Domino entrait dans la compétition internationale de Court Métrange et était projeté lors de la séance Rixes en tous genres du samedi 2 octobre à 19h 🕖 Des arbres qui sont abattus à coups de tronçonneuse par des bûcherons serviront au décor de la Paris Fashion Week. Une désastreuse réaction en chaîne se produit alors au son du Boléro de Ravel… Le court-métrage Mondo Domino et l’entretien avec Suki, son réalisateur restent d’ailleurs visibles et disponibles sur arte.tv jusqu’au 26 mars 2022 👉 https://www.arte.tv/fr/videos/093613-000-A/mondo-domino/

Lors de la dix-septième édition du festival international du court-métrage insolite et fantastique de Rennes Court Métrange, 64 courts-métrages issus de trois années de production (2019-2020-2021) et en provenance d’une vingtaine de pays entraient en compétition. 

Au-delà de la thématique de la dix-septième édition de Court Métrange, du Diable, des Enfers et des possessions démoniaques, à l’honneur lors de la séance inaugurale de la compétition internationale On Satan Au Pire le mardi 28 septembre à 21h et lors de la séance Best Of Possession Démoniaques le dimanche 3 octobre à 19h30, deux thématiques traversaient l’ensemble des dix séances de la compétition internationale de Court Métrange : d’une part la nourriture très au-delà de la séance La Grande Bouffe du jeudi 30 septembre à 21h30 et d’autre part et la maternité et la féminité au-delà de la séance Mommy Blues du mercredi 29 septembre à 21h30. Alors pour quelle(s) raison(s) la nourriture a-t-elle pris une place prépondérante parmi les sujets abordés ? Est-ce une séquelle laissée par le confinement de printemps 2020 quand nos libertés individuelles étaient limitées, qu’on avait juste le droit de manger et de s’acheter à manger 🍽 et qu’on avait même peur de tout finir obèses.

Par ailleurs, le confinement de printemps 2020 n’a pas été suivi d’un baby boom, mais à l’inverse d’un recul des naissances. Est-ce encore là une séquelle laissée par la pandémie quand le désir de maternité dans la société est mis en question et en doute ? La femme n’a pas à être assignée et asservie à son rôle de mère. D’ailleurs, c’est ce que nous montre et nous démontre la sélection de Court Métrange 2021. Dans l’ensemble des courts-métrages, la plupart des personnages principaux sont des personnages féminins ; et pas seulement des mères, loin s’en faut !

Or, l’évènement qui ouvrait la dix-septième édition de Court Métrange était une table-ronde Cinéma Horrifiquement Correct avec trois créatrices web Éleonore Tain (Léo Iurillo/La Bobine Hurlante), Judith Beauvallet (Demoiselle d’Horreur) et Jessica Micheneau (Bon Chic Bon Genre), le mercredi 22 septembre 2021 à 18h 🕕 à la Maison Internationale de Rennes (MIR). Les trois créatrices web interrogeaient les notions de politiquement correct, de cancel culture et de male gaze (terme issu des gender studies) dans le cinéma de genre.

Outre le palmarès de la cuvée Court Métrange 2021, de nombreux courts-métrage de la sélection Court Métrange 2021 ont retenu mon intérêt. Or, les films primés ne sont pas forcément ceux que j’ai préféré. S’il fallait que je retienne un court-métrage de chacune des dix séances, il en serait ainsi :

Who Goes There ? de Astrid THORVALDSEN 🇬🇧

De la séance inaugurale de la compétition internationale de Court Métrange : On Satan Au Pire, le mardi 28 septembre à 21h 🕘 une séance d’ailleurs très cohérente, dans la thématique de la dix-septième édition de Court Métrange, celle du Diable, des Enfers et des possessions démoniaques en écho à la dernière séance du festival Best Of Possessions Démoniaques le dimanche 3 octobre à 19h30 🕢 et sans doute la meilleure de la compétition de cette dix-septième édition – je retiendrai le court-métrage Who Goes There ? de Astrid THORVALDSEN (24’00  2020 • Royaume-Uni 🇬🇧) pour son aspect historique et cinématographique qui tendrait volontiers vers le long-métrage.

No, I Don’t Want To Dance de Andrea VINCIGUERRA 🇬🇧 🇮🇹

No, I Don’t Want To Dance représente-t-il les dangers de la danse ou celle de l’isolement des individus au sein même du groupe ? De la séance d’animation de la compétition internationale de Court Métrange : Ô Bal Démasqué, le mercredi 29 septembre à 19h 🕖 – une séance assez hétéroclite même si tous les films sont animés, je retiendrai le court-métrage No, I Don’t Want To Dance de Andrea VINCIGUERRA (02’39  2019 • Royaume-Uni 🇬🇧 Italie 🇮🇹) pour son humour et son format très court en ponctuation et point (de suspension ?) de la séance d’animation. En effet, quasi chacune des dix séances de films courts en compétition comptait au moins un film d’animation. No, I Don’t Want To Dance ne m’était pas tout à fait inconnu puisqu’il avait été programmé par Arte, comme Mondo Domino de SUKI (06’15 • 2021 • France 🇫🇷) d’ailleurs de la séance Rixes en tous genres du samedi 2 octobre à 19h 🕖

La Nourrice de Arnold DE PARSCAU 🇫🇷

De la séance Mommy Blues du mercredi 29 septembre à 21h 🕘 – une séance sur le thème de la maternité – je retiendrai pour son esthétisme le court-métrage La Nourrice de Arnold DE PARSCAU (15’53  2021  France 🇫🇷) à la croisée de deux thématiques récurrentes à la cuvée 2021 de Court-Métrange : la maternité et de la nourriture.

Crawler de Ivan RADOVIC 🇸🇪

De la séance Drôles d’Oiseaux du jeudi 30 septembre à 19h 🕖 – pas de coup de cœur – je retiendrai puisqu’il en faut en, le court-métrage Crawler de Ivan RADOVIC (07’00 • 2020 • Suède 🇸🇪) pour son aspect chirurgical. Quand la science se rend à l’évidence de l’étrange.

Nouvelle Saveur De Merryl ROCHE 🇫🇷

De la séance La Grande Bouffe du jeudi 30 septembre à 21h 🕘 une séance d’ailleurs très cohérente sur le thème de la nourriture ; un thème hyper récurrent à la cuvée 2021 de Court-Métrange. La séance était ponctuée de quelques farces entre des drames. Je retiendrai le court-métrage Nouvelle Saveur De Merryl ROCHE (24’15  2019  France 🇫🇷) dans le genre du cinéma français (de genre ?) qui tendrait volontiers vers le long-métrage s’il creusait davantage la psychologie du personnage principal de Marie et de son rapport avec son père.

Something Doesn’t Feel Right de Fergal Costello 🇮🇪 MÉTRANGE SHADOWS

De la séance Rencontre d’un autre type du vendredi 1er octobre à 19h 🕖- une séance qui a beaucoup plu au jury semble-t-il car sur les six, trois courts-métrages ont été primés – je rejoindrai le choix d’Aurélien Zimmermann de Shadows et retiendrai le court-métrage Something Doesn’t Feel Right de Fergal Costello (09’19 • 2019 • Irlande 🇮🇪) pour son humour et sa parodie des films d’horreur de type slasher movies. Le court-métrage Something Doesn’t Feel Right de Fergal Costello a reçu le le MÉTRANGE SHADOWS et sera diffusé sur la plateforme de screaming Shadows.

Together de Ryan OKSENBERG 🇺🇸

De la séance Hard Corps du vendredi 1er octobre à 21h 🕖 – une séance qui a aussi inspiré le jury puisqu’il a choisi l’un des cinq courts-métrages de la séance, soit Friandise de Rémy Barbe pour le GRAND PRIX COURT MÉTRANGE – je retiendrai Together de Ryan OKSENBERG (19’11  2019  États-Unis 🇺🇸) autant pour son côté dramatique qu’humoristique.

De la séance Le Réel Ment du samedi 2 octobre à 17h30 🕠- une séance très douce et grand public – j’ai aimé tous les films. Le film que j’ai le plus aimé est… Choix cornélien ! Je réfléchis et vous redis.

The Hauted Swordman de Kevin Mc TURK 🇺🇸

De la séance Rixes en tous genres du samedi 2 octobre à 19h 🕖 une séance très hétéroclite, je retiendrai le court-métrage The Hauted Swordman de Kevin McTURK (16’33  2019  États-Unis 🇺🇸) pour son animation sublimissime. Cependant, le court-métrage semble le prélude d’un long-métrage et donne très envie à la spectatrice que je suis d’avoir la suite des aventures du samouraï en quête de vengeance et de son compagnon de route : une tête coupée et maudite…

De la séance Récré Sang Défonce du samedi 2 octobre à 21h30 🕤 – la séance thrash en compétition pour le prix du public, contrairement à la séance de 17h30 🕠 je n’ai aimé aucun film. Le film que j’ai le moins détesté est… Choix cornélien ! Je réfléchis et vous redis. Pour information, le prix du public a été attribué à Nox Insomnia de Guy CHARNAUX (07’53 • 2019  Brésil 🇧🇷). 👇

The Karman Line de Oscar SHARP 🇬🇧

Au-delà de la compétition de courts-métrages, Court Métrange nous présentait le dimanche 3 octobre 2021 trois séances « best of » avec le meilleur de Court Métrange à 11h 🕚 où j’ai versé, comme à chaque fois, une larme 😢 pendant le film The Karman Line de Oscar SHARP (24’00  2014  Royaume-Uni 🇬🇧) quand l’épuisement et l’aboutissement de festival amplifie chaque émotion…

Énorme coup de cœur 💔 de Court Métrange, The Karman Line avait non seulement remporté le Grand Prix Court Métrange 2015, soit la récompense de la meilleure réalisation de la compétition internationale à l’unanimité du jury, mais aussi le Métrange du jeune public de collégiens et le Métrange France Télévision : The Karman Line avait ainsi été diffusé en exclusivité sur la chaîne France 2 dans le cadre de l’émission Histoires courtes

En point final à la compétition de courts-métrages, Court Métrange nous présentait la séance palmarès des films primés de la cuvée 2021, le dimanche 3 octobre à 18h 🕚 Dans mon article Palmarès Court Métrange 2021, je vous cite et vous commente les courts-métrages qui ont été primés par le Jury dont j’ai nommé les prestigieux membres de la dix-septième édition du festival Court Métrange.

Au-delà de la compétition de courts-métrages et dans la continuité de la thématique de sa dix-septième édition, celle du Diable, des Enfers et des Possessions Démoniaques, Court Métrange nous présentait la séance ultime, le dimanche 3 octobre 2021 à 19h30 🕢 Tous les films Best of Possessions démoniques by Court Métrange projetés lors de la séance sont des pépites, sans exception.

The Cleansing Hour de Damien LeVeck 🇺🇸

Je cite The Cleansing Hour de Damien LeVeck (18’17 • 2016 • États-Unis 🇺🇸) que j’avais à l’époque cité comme l’un mes coups de cœur Culture METAL 💔Court Métrange 2017. Je signe et persiste ! Histoire d’exorcisme, c’est un film critique des émissions de télévision américaines qui traitent du paranormal : fiction, fantasme ou réalité ?

En conclusion, je féliciterai la dix-septième édition de Court Métrange pour la qualité des films sélectionnés et projetés mais aussi et surtout pour la cohérence de son édition ancrée dans (ou hantée par) sa thématique du Diable, des Enfers et des Possessions Démoniaques, d’abord avec son exposition Le Diable Au Corps, ensuite avec ses trois soirées Long Métrange à l’ArvorLa Main du Diable de Maurice Tourneur, le vendredi 24 septembre à 21h 🕘 ; L’Exorciste de William Friedkin, le samedi 25 septembre à 21h 🕘 et Liberami de Frederica Di Giacomo, le dimanche 26 septembre à 18h 🕕 et enfin avec sa compétition internationale qui était encadrée par la séance d’inauguration On Satan Au Pire le mardi 28 septembre à 21h 🕘 et la séance de clôture Best of Possessions démoniques le dimanche 3 octobre 2021 à 19h30 🕢

À l’année prochaine, amis métrangiens 😱

Powered by WordPress.com. par Anders Noren.

Retour en haut ↑