Brieg Guerveno se produira lors de l’édition virtuelle des TRANS 2020. Sa prestation à l’UBU sera retransmise demain soir à 21h50 via TVR et après-demain soir à 23h via france.tv culturebox mais aussi via tebeo et tebesud. « Les Trans s’invitent chez vous ! » 👉  https://www.facebook.com/events/795614997662753

Le groupe de rock breton originaire de Saint-Brieuc était programmé aux 42e Rencontres Trans Musicales de Rennes. L’évènement, comme beaucoup d’autres, a été annulé en raison de la crise sanitaire mondiale.

💿 Brieg Guernevo a sorti son dernier quatrième album Vel Ma Vin en janvier 2020 chez Klonosphère et Season Of Mist

Brieg Guerveno s’est produit lors de l’édition 2017 du Samaïn Fest à la Mézière, près de Rennes (35) le vendredi 27 octobre (de 20h30 à 21h10) et s’est déjà produit aussi lors des éditions 2015 du Festival Interceltique de Lorient (56) et du Festival des Vieilles Charrues à Carhaix (29). D’ailleurs, le groupe de rock breton était programmé lors des éditions 2020 des Vielles Charrues, et de l’Interceltique… Toutes les dates ont été annulées en raison de la crise sanitaire mondiale actuelle.  

Autodidacte, auteur, compositeur et interprète breton, Brieg Guerveno est autant passionné par les musiques progressives et extrêmes que par sa culture, sa région et sa langue : le breton.

📸 Voici un retour souvenir en images sur le concert de Brieg Guerveno au Samaïn Fest 2017 par Amandine Briche pour Culture METAL 🤘

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Brieg Guerveno a lancé son projet voici quatorze ans « de manière confidentielle, pour le plaisir ». Musicien autodidacte, il a grandi à Saint-Brieuc, monté ses premiers groupes dès l’âge de quatorze ans, a évolué dans l’univers du rock progressif et du métal, jusqu’à Vel ma vin, un quatrième album folk qui marque un tournant dans son esthétique et garde pour seule constante, la langue bretonne : « Je suis né dans une famille bretonne, je suis allé à l’école Diwan. J’ai toujours écrit et chanté en breton, sauf à l’adolescence où j’ai écrit un peu en anglais, mais ça n’a pas duré. Le breton, c’est aussi l’identité, la singularité du projet. » Est-ce pour autant virage artistique radical ? « Ça ne date pas d’aujourd’hui, même quand je faisais du rock, j’ai toujours composé à la guitare folk (…) J’avais toujours ça en tête. J’aime chercher de nouvelles façons d’interpréter mes compositions. J’adore les cordes, les claviers. J’avais remarqué que faire du rock avec basse-batterie, me contraignait, ne libérait pas assez ma voix ». Pour Vel ma vin, nouveau projet intimiste et quatrième album, Brieg Guerveno, au chant et à la guitare folk, s’est entouré de cinq musiciens : Bahia el Bacha et Juliette Divry au violoncelle, Camille Goellaen au piano et orgue, Loeiza Beauvrir aux chœurs, Stéphane Kerihuel à la guitare électrique, pour des chansons mélancoliques, nostalgiques et poétiques, autour des thématiques de l’amour, de la mort, du temps qui passe, des sentiments, etc… « mais ce n’est pas un album sombre, plutôt solaire ». Avec ses ballades folks, Brieg Guerveno n’a pas peur de surprendre le public qui l’a suivi sur l’énergie rock de ses premiers albums. « J’aime faire ce qui me touche, suivre mes envies. Je ne conçois pas mon projet comme figé dans le temps. Il a quelque chose de singulier, c’est aussi ce qui fait que je suis programmé aux Trans. »