Recherche

Culture METAL

Webzine

Date

3 octobre 2018

Thyeste de Sénèque, par Thomas Jolly et la Piccola familia

            Ce petit article a des airs de hors-série, mais il n’a rien d’hors-sujet ! Hier soir, au théâtre de l’Archipel à Perpignan, la mise en scène de cette pièce latine m’a purement scotchée et je n’ai qu’un mot pour traduire mon impression d’ensemble : c’était carrément métal !

            Prenez l’histoire, totalement dérangeante, qui ferait frémir les créateurs de Game of Thrones : ce sont deux frères, les fils de Tantale, qui se haïssent ; Atrée surtout, imagine la vengeance la plus terrible qu’un esprit (in)humain ait conçue, contre son frère Thyeste qui lui a volé sa femme et son trône par le passé. Il feint la réconciliation, mais sacrifie rituellement les propres enfants de Thyeste et, lors d’un banquet en l’honneur de leur fraternité retrouvée, il les lui fait manger… Des thématiques on ne peut plus death metal et autre goregrind… Le récit du démembrement des victimes par la Messagère est insoutenable (Cattle Decapitation n’a qu’à bien se tenir !) et la scène du repas, entre bouches teintées de sang et hoquets d’horreur, parfaitement écœurante.

            Prenez maintenant la mise en scène. Grandiose : le décor est dominé par les monumentales tête, statufiée dans une expression de terreur, et main, tendue vers l’objet du supplice – et vers nous – de Tantale, renversées sur le côté, qui culminent jusqu’à quatre mètres de haut. Des cordes les entourent et, comme nous le découvrirons plus tard, des guirlandes de lumières blanches. L’atmosphère est lourde, chargée d’une fumée diffuse. Les premières scènes vous glacent vraiment le sang : Tantale semble une chose visqueuse et verdâtre qui vous regarde comme un possédé, tandis que la voix rauque quasi saturée de la Harpie prononce une sentence avec une force implacable. Des créatures sournoises se faufilent sur les éléments du décor, avec leurs visages grimés façon corpse paint d’où pendouillent des lambeaux rouges.

            La seule entorse est l’originalité (un peu forcée ?) de la comédienne récitant sous forme de rap le texte du Chœur (mais après tout, le métal se marie bien avec le rap, n’est-ce pas ?). De la musique, il y en a aussi en ouverture notamment, orchestrale, flippante, façon black sympho. Il y a des jeux de lumière esprit metal indus, des costumes baroques inquiétants à la Fleshgod Apocalypse, et l’ensemble est sombre, noir, définitivement dark. On redécouvre la noirceur de l’apparemment inoffensif Sénèque.

            On reste pétrifié pendant deux heures trente, horrifié, mais aussi subjugué par le jeu habité des comédiens qui vous hante d’un malaise durable… pour une fois, amateurs de métal, au lieu d’un concert : allez au théâtre !

Lien vers l’article original sur stairway2hell.over-blog.com

 

 

N.B : Tyeste de Sénèque par Thomas Jolly au Grand T à Nantes en novembre

Me 14 Nov – 20:00
Je 15 Nov – 20:00 
Ve 16 Nov – 20:30
Sa 17 Nov – 17:30
Lu 19 Nov – 20:30
Ma 20 Nov – 14:00

http://www.legrandt.fr/spectacles/thyeste

Publicités

The Lump #2 au Mondo Bizarro

The Lump (le groupe rennais de brutal death slam) se produisait au Mondo Bizarro à Rennes, voici quatre mois le samedi 28 mai 2018, aux côtés de Traumatomy (groupe russe) et de Obsolete Incarnation (groupe allemand), lors du Putrid Boar 2 ; une soirée Neuronoise. Lire la suite

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑