Le festival international de théâtre et de danse Mettre En Scène démarre pour Rien ? à Rennes au Théâtre National de Bretagne (salle Parigot), et avec en tête d’affiche, pour la première semaine de représentation, Les Liaisons Dangereuses, création Mettre En Scène. Le festival se déroule aussi sur d’autres scènes rennaises dès la première semaine… Aussi, je vous présente mon « parcours en scène » sur la première semaine de la 20e édition du festival Mettre En Scène.

Mon « parcours en scène » a débuté par Les Liaisons Dangereuses, création Mettre En Scène. J’ai assisté à la générale lundi 2 novembre et à la première le lendemain, mardi 3 novembre, date du début du festival Mettre En Scène. [cf : article : Les Liaisons Dangereuses]

Le jeudi 5, je suis allée pour Rien ? au Théâtre du Vieux Saint-Etienne ; pour Rien ? mais aussi pour un moment de recueillement. Le lieu était d’ailleurs on ne peut plus approprié car le Vieux Saint-Etienne est une église qui a été aménagée en théâtre. Je me demande comment a été vécue la même performance en d’autres lieux par les spectateurs (à la salle Parigot (TNB), ou au Théâtre de la Paillette). Rien ? a été crée sur le festival Mettre En Scène en partenariat avec le Théâtre de la Paillette.

Le jeudi 5 (le même soir), je suis allée au musée de la Danse pour rien (enfin si, quand même) pour Synapse, création Mettre En Scène en partenariat avec le Musée de la Danse ; encore un spectacle chorégraphique contemporain (« content pour rien ») qui me laisse de marbre. J’aurais au moins compris pourquoi le spectacle s’appelait ainsi (grâce à l’installation électrique).

Le vendredi 6, je suis allée à l’Aire Libre à Saint-Jacques de la Lande pour la quatrième représentation des Métronautes, création Mettre En Scène en partenariat avec l’Aire Libre. J’ai ri des situations insolites que l’on vit parfois dans le métro et pour le coup qui sont mises en scène avec brio.

J’ai terminé la première semaine de « mon parcours en scène » le samedi 7 au Triangle pour la dernière représentation de Concrete, création Mettre En Scène en partenariat avec le Triangle, cité de la danse ; dernière représentation, mais aussi dernier volet d’une trilogie (dont je ne vous dirai rien, de faute ne pas l’avoir vue) de la chorégraphe Maud Le Pladec. Musiciens et danseurs partageaient la scène du Triangle. D’ailleurs, juste une question, pourquoi avoir appelé le spectacle Concrete ? (Par rapport à la musique « concrète » ?)